Chevalier grivelé Actitis macularius (Linnaeus, 1766)

Actitis macularius (Linnaeus, 1766) ou le Chevalier grivelé est un limicole de la famille des Scolopacidae.

Actitis macularia adulte
Actitis macularia adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 18 à 20 cm.
Cette espèce est très semblable au Chevalier guignette en tous plumages.
Ce chevalier est habituellement plus gris dessus.
Sa queue est plus courte.
La barre alaire assez courte, n’atteignant pas le corps.
L’adulte nuptial est grossièrement tacheté de noir dessus, caractère diagnostique mais parfois moins évident et alors difficile à identifier.
L’adulte internuptial est gris-brun uniforme dessus et sans taches dessous.
Le juvénile a des rémiges tertiaires et de grandes couvertures alaires uniformes avec des barres limitées aux bouts. Les barres sont nettes seulement sur les couvertures alaires moyennes et petites.
Les pattes sont jaunâtre clair.
La zone sur la poitrine est plus uniforme et à motifs plus flous que chez le Chevalier guignette.
Le bec est souvent chair grisâtre très claire à pointe plus foncée.
Il a moins de blanc aux côtés de la queue, en vol, que chez le Chevalier guignette.
Il est souvent muet.

Il fait partie des rares limicoles à être présents aussi bien sur la côte que dans l’intérieur du pays, le long des rivières. En période de nidification, les sites sont assez variés : plages de littoral, broussailles de sauges, prairies, forêts, pelouses ou paysages de parcs. Dans tous les cas, ces habitats doivent se situer à proximité d’un point d’eau, bras de mer, étang, lac ou réservoir. Il hiverne à tout endroit où il peut trouver de l’eau.
C’est une espèce migratrice. Elle est présente occasionnellement en France, notamment sur l’île de Ré.

Actitis macularia adulte
Actitis macularia adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il se reconnaît facilement à l’agitation nerveuse et régulière de sa queue.
Quand il est dérangé sur les bords d’une pièce d’eau, il est assez aisément identifiable grâce à son vol composé d’une alternance de battements d’ailes rapides et de planés courts.

Les chevaliers grivelés sont pour la plupart polyandres, c’est à dire qu’une femelle s’accouple avec plusieurs mâles et a plusieurs pontes (jusqu’à cinq) sur une courte période. C’est elle qui arrive la première sur le territoire de nidification et se charge habituellement de sa défense. Ce sont ensuite les mâles qui couvent les œufs et prennent en charge l’éducation des jeunes. Le nid est construit au sol, dissimulé par une plante basse mais parfois entièrement exposé. La ponte est constituée de 4 œufs d’une teinte chamois-crème, mouchetés de sombre ou de brun-chocolat sur son extrémité la plus large.

Pendant la période de nidification, il se nourrit d’insectes, de petits crustacés, de mollusques, de vers, d’escargots et parfois de petits poissons.

Mots-clés