Sarcelle d’été Anas querquedula (Linnaeus, 1758)

Anas querquedula (Linnaeus, 1758) ou la Sarcelle d’été est un canard de la famille des Anatidae.

Anas querquedula adulte
Anas querquedula adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 37 à 47 cm. Son envergure est de 59 à 67 cm.
Son bec est long et assez droit.
La queue est assez courte.
Le mâle nuptial a une tête lilas-brun avec une demi-lune blanche au dessus des yeux s’étendant jusqu’au côté du cou. La poitrine est brun foncé. Les flancs sont gris clair. Les scapulaires sont blanc et noir, pointues. En vol, l’avant de l’aile est gris-bleu clair. On voit une limite nette entre le ventre blanc et la poitrine foncée.
La femelle adulte est comme celle de la Sarcelle d’hiver mais un peu plus grande. Le bec est tout gris, plus long et plus droit. La trace de raie est foncée à la joue. La tache est pâle aux lores [1] donnant à la tête un aspect plus rayé. Elle n’a pas de tache claire aux côtés de la base de la queue.
Les femelles (et juvéniles et mâles en éclipse) ont souvent du beige pur et clair au menton et à la gorge.
En vol, l’avant de l’aile est gris-brun, mais la main est un peu plus claire. Le bras est sans large bord blanc devant le miroir (seulement un bord étroit) qui présente en revanche un bord arrière large et blanc.
Le mâle adulte en éclipse est comme la femelle adulte mais l’avant de l’aile est gris-bleu clair.
Les juvéniles sont comme la femelle adulte, mais le ventre n’est pas aussi clair et le bord postérieur est blanc.
Les mâles émettent un bruit caractéristique de crécelle sec et prolongé de hauteur un peu variable « prrirrérrirr ».

En vol, les ailes sont plus pâles que celles de la Sarcelle d’hiver, surtout la main.
Elle ne bascule tout le corps que rarement. Elle préfère barboter en surface ou immerger la tête.
On la rencontre sur des eaux douces peu profondes des plaines et steppes.
Le nid est dans une touffe au bord des pièces d’eau.
C’est une visiteuse d’été (avril à septembre). Elle hiverne en Afrique.
Elle n’est jamais en grandes bandes au nord.

Anas querquedula adulte
Anas querquedula adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

C’est la seule espèce de canard à quitter totalement notre continent en hiver. La migration à travers notre pays en direction de l’Afrique au sud du Sahara a lieu principalement en août et septembre et se déroule de façon discrète et diffuse sans concentration importante. Le retour s’effectue de fin février à fin avril.
Autrefois, les Romains avaient domestiqué la sarcelle, elle a aujourd’hui repris l’état sauvage.
Sur l’île de Ré, elle est présente essentiellement de la mi-mars à fin avril et de la mi-août à la mi-septembre. Mais elle peut être présente de la mi-février à la fin septembre.

La période de nidification intervient dès le début du mois de mai. Dans une cuvette d’herbe et de duvet aménagée au cœur d’une touffe de joncs près de l’eau, la cane pond une dizaine d’œufs crème. L’incubation qui dure entre 21 et 23 jours est le domaine réservé de la femelle. Les canetons sont nidifuges : quelques heures après l’éclosion, ils gagnent l’eau et entament les premiers parcours exploratoires. Au bout de 2 mois, ils sont aptes à voler.

Elle est omnivore, avec une priorité pour les aliments d’origine végétale. En hiver, son alimentation se compose principalement de graines. Elle se nourrit aussi d’insectes, de crustacés et de mollusques. Sa quête de nourriture s’effectue en eau peu profonde en nageant la tête au ras de l’eau ou faiblement immergée.

Mots-clés


[1lore : partie entre l’œil et le bec.