Héron pourpré Ardea purpurea (Linnaeus, 1766)

Ardea purpurea (Linnaeus, 1766) ou le Héron pourpré appartient à la famille des Ardeidae.

Ardea purpurea adulte
Ardea purpurea adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 70 à 90 cm. Son envergure est de 107 à 143 cm.
C’est un grand héron à aspect généralement très sombre.
Il est bien distinct du Héron cendré. Son bec est plus long et plus étroit. Sa tête est plus étroite.
Les ailes sont ramenées en avant, un peu cintrées au poignet et tenues un peu écartées.
Son cou est un peu plus mince, formant souvent en vol un col de cygne plus anguleux.
Les doigts sont plus longs, parfois tenus crispés et en bouquet.
L’adulte a les côtés de la tête et du cou brun-roux. Son cou a de nettes bandes étroites et noires. Le dos est gris foncé. Les couvertures alaires sont gris foncé nuancé de lilas-brun.
Le juvénile et le 1er hiver a les côtés de la tête et du cou, le dos et le dessus des ailes sont ocre-brun. Le dessus est bariolé. Les côtés foncés du cou sont peu marqués.
Lors du premier été, il a le cou et le dos presque comme l’adulte mais les ailes son un peu brunâtres.
En vol, son cri est grinçant : « krrek ».

C’est un visiteur d’été. Il hiverne en Afrique tropicale.
Sur l’île de Ré, il est observé en avril-mai et de mi-juillet à fin septembre.

Le Héron pourpré se reproduit au bord des lacs et des marécages avec des roselières étendues. En dehors de la saison nuptiale, il préfère les zones humides plus ouvertes bordées de végétation.
Les oiseaux reproducteurs semblent être établis dans certaines zones de leur habitat.

Ardea purpurea adulte
Ardea purpurea adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Le Héron pourpré se nourrit dans les eaux douces peu profondes. Il reste dans les roselières plus que le héron cendré. C’est un chasseur timide et solitaire, préférant la nuit et le petit matin pour chasser. Ils dorment plutôt dans les zones côtières, telles que les mangroves et les estuaires.
Le Héron pourpré défend vigoureusement son territoire, gonflant les plumes de son cou et hérissant sa crête.
La parade nuptiale montre ce héron avec les plumes du cou gonflées. Le mâle et la femelle pointent leurs becs vers le haut.

Il vole lentement avec le cou rétracté, et les longues pattes et doigts projetés vers l’arrière. Son vol est puissant et régulier, avec de lents battements d’ailes.

Le Héron pourpré niche habituellement en petites colonies, dans les roselières denses en eau peu profonde. Le nid volumineux est une plate-forme faite de roseaux ou de brindilles. Le mâle apporte les matériaux à la femelle qui construit le nid. D’autres nids supplémentaires sont utilisés par l’adulte qui ne couve pas et par les jeunes à leur sortie du nid.
La femelle dépose 2 à 5 œufs bleu-vert clair. L’incubation dure environ 25 à 30 jours, assurée par les deux parents. Les poussins sont nourris par les adultes, qui régurgitent de la nourriture directement dans leur bec ou dans le nid. Les jeunes quittent le nid au bout de 10 jours. Ils s’envolent à l’âge de trois mois.

Le Héron pourpré se nourrit de poissons, mollusques, crustacés, insectes aquatiques, larves, reptiles, petits rongeurs et petits oiseaux.

Mots-clés