Fuligule milouinan Aythya marila (Linnaeus, 1761)

Aythya marila (Linnaeus, 1761) ou le Fuligule milouinan est un oiseau de la famille des Anatidae.

Aythia marila adulte
Aythia marila adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 42 à 51 cm. Son envergure est de 71 à 80 cm.
Sa tête est grosse et inclinée. L’arrière est incliné quand il nage.
Le mâle ne peut être confondu. Les autres plumages sont similaires à ceux du Fuligule morillon, avec une barre alaire blanche semblable.
Il n’a jamais de huppe. Le profil de la tête est doucement arrondi et plus allongé. Le corps est plus long. Il a moins de noir à la pointe du bec.
Le mâle nuptial a une tête noire à reflet vert. Les yeux sont jaunes. La poitrine et une partie de la queue sont noires. Les flancs sont blancs. Le dos est blanc grisâtre. Le bec est gris clair avec une petite tache triangulaire noire sur l’onglet. Le bord alaire antérieur paraît gris moyen.
La femelle adulte a le corps brun mat avec des flancs gris-brun plus clair et le dos un peu plus foncé. Il a un licou blanc et large autour de la racine du bec. A la fin du printemps et en été, il a une tache ovale claire et nette sur les joues.
Le mâle adulte en éclipse est très proche du mâle nuptial. La tête, la poitrine et le dos sont bruns, et souvent un peu blancs à la base du bec.
Le juvénile est comme la femelle adulte. Il a un peu moins de blanc à la racine du bec. Ce dernier est un peu plus sombre avec une pointe légèrement foncée. Les flancs sont plus clairs.
Les mâles sont presque muets. Lors de la parade, ils murmurent de brefs et nets « vu-vupp-vuvu-vuppuuu... » de temps en temps « pu-ou » plus caractéristiques.

On le trouve sur des milieux littoraux, en eau salée ou saumâtre, des lacs et eaux de montagne, dans la toundra marécageuse.
Sur l’île de Ré, on rencontre ce migrateur surtout de la mi-novembre à la mi-mars. On peut cependant le croiser le reste de l’année, de façon occasionnelle.

Le fuligule milouinan est un canard plongeur très performant dans ce type d’exercice, même en grosse mer. Il peut plonger jusqu’à 6 mètres de profondeur et rester immergé pendant près d’une minute.
Ces oiseaux volent en bandes serrées, à coups d’ailes rapides et leur formation de vol est plutôt irrégulière.

Les milouinans volent en lignes ou en formations irrégulières.
Le nid est un simple creux ou une modeste dépression à l’abri de la végétation, garni d’herbes et du duvet de la femelle. Elle pond 8 à 11 œufs dont elle assure seule la couvaison. L’incubation dure entre 26 et 28 jours.

En été, dans la toundra, son régime est plutôt basé sur la consommation de végétaux et d’insectes. En hiver, la priorité est donnée aux mollusques, crustacés et vers marins.

Mots-clés