Grand gravelot Charadrius hiaticula (Linnaeus, 1758)

Charadrius hiaticula (Linnaeus, 1758) ou le Grand gravelot est un oiseau de la famille des Charadriidae.

Charadrius hiaticula adulte
Charadrius hiaticula adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 17 à 19,5 cm, pour une envergure de 35 à 41 cm.
Il est trapu, avec une poitrine bombée.
Les tertiaires sont courtes.
L’adulte a les pattes et la racine du bec jaune orangées. La barre alaire est blanche typique. La femelle porte souvent du brun parsemé sur les motifs noirs de la tête et de la poitrine et paraissant moins colorées et élégantes que les mâles. En hiver, la femelle devient souvent orangé un peu plus terne. Son bec est parfois entièrement sombre.
Le juvénile a les motifs de la tête et de la poitrine brun sombre. La bande pectorale est plus étroite ou souvent partagée devant. Le dessus a des fins liserés pâles. Le bec est totalement sombre ou avec un peu de jaune à la base. Les pattes sont orangé mat à jaunâtre. Le noir apparaît sur la tête et la poitrine en hiver, après quoi individu de 1er hiver et adulte sont rarement différenciables.
Le contact est un doux sifflement, nettement dissyllabique et montant.

Charadrius hiaticula adulte
Charadrius hiaticula adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Le vol est rapide à battement d’ailes espacées très appuyés, rappelant le Bécasseau variable, avec des ailes plus longues et la tête et le cou moins tendus.
On le rencontre sur les côtes et les rives des lacs et étangs, plates et découvertes, avec des prairies rases et des zones sablonneuses, coupées de zones de graviers et de débris de coquilles.
Il hiverne en Europe occidentale et pour partie dans le nord-ouest de l’Afrique. Il fait halte essentiellement sur les côtes, mais aussi auprès des eaux douces.
Sur l’île de Ré, il est présent toute l’année surtout durant l’hivernage. Il est non nicheur. Il est souvent vu en petits groupes lâches. On le voit visiter méthodiquement les vasières du Fier d’Ars et de la Fosse de Loix, les écluses de la côte sauvage...
Son alimentation est composée d’invertébrés aquatiques.
C’est un oiseau très nerveux qui parcourt assidûment les vasières en alternant marche rapide, courte pose d’observation et « cueillette » de petites proies.

Il niche à même le sol souvent dans des galets ou du gravier. La femelle dépose dans une petite concavité 1 à 2 pontes annuelles de 4 œufs. L’incubation est assurée conjointement. Les jeunes nidifuges prennent leur envol au bout de 24 jours.

Mots-clés