Guifette noire Chlidonias niger (Linnaeus, 1758)

Chlidonias niger (Linnaeus, 1758) ou la Guifette noire est un oiseau de la famille des Laridae.

Chlidonias niger adulte
Chlidonias niger adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Elle mesure de 22 à 26 cm, avec une envergure de 56 à 62 cm.
L’adulte nuptial a la tête et le dessous noirs. Le dessus est uniformément gris noirâtre. Le dessous de la queue est blanc. Le bec et les pattes sont sombres. La tête et le dessous ont des taches blanches chez les adultes en mue au printemps.
L’adulte internuptial est en grande partie comme le juvénile mais le dessus est uniformément gris sans motif écailleux, porte 5 à 7 rémiges primaires externes plus foncées que les autres.
Le juvénile a la calotte noire étendue et une nette tache sombre aux côtés de la poitrine. Il a un motif écailleux sur le dos et les couvertures alaires. La barre carpale et la barre aux secondaires sont sombres. Il n’y a pas de contraste entre les rémiges primaires internes et externes.
Durant le premier été, les individus sont variables. Ils ressemblent à l’adulte internuptial mais sont habituellement à leurs rémiges primaires externes plus foncées et plus usées, à leurs rémiges secondaires plus foncées.

Chlidonias niger adulte
Chlidonias niger adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

C’est la Guifette la plus commune. On la rencontre dans des marais peu profonds, en eau douce, partiellement occupés par une végétation basse et même flottante, souvent au sein de colonies de Mouettes rieuses, qui les protègent des prédateurs.
C’est une visiteuse d’été, qui hiverne en Afrique. Elle est rare dans le nord et l’ouest de l’Europe.
Sur l’île de Ré, on la croise assez rarement de la mi-mars à fin octobre.

La Guifette noire préfère voler calmement, en suivant un trajet plus capricieux. Elle est cependant capable de s’élever à de grandes hauteurs.

Elle regagne son site de nidification en mai. Chaque couple bâtit une simple plate-forme flottante de roseaux et de végétaux aquatiques, arrimée à la végétation palustre immergée. Certains couples s’établissent sur des touffes d’herbes près de l’eau. La femelle pond trois œufs brun pâle maculés. Les deux adultes se partagent les 21 jours d’incubation. Les poussins quittent le nid au bout de deux semaines mais restent aux environs jusqu’à ce qu’ils sachent voler, vers 25 jours. Ils maîtrisent rapidement le vol et les piqués mais les adultes continuent de les nourrir quelques jours avant qu’ils ne soient totalement autonomes.

Son régime est constitué d’insectes aquatiques et de leurs larves mais elle se nourrit également de petits poissons en eau peu profonde. Elle chasse en volant à faible hauteur au dessus de l’eau. Le moment venu, elle pique vivement et cueille avec précision, sa proie. La Guifette pratique ainsi au-dessus des étangs comme des lacs, agrémentant son régime d’araignées, de têtards, de sangsues et de petites grenouilles.

Mots-clés