Plongeon imbrin Gavia immer (Brünnich, 1764)

Gavia immer (Brünnich, 1764) ou le Plongeon imbrin est un oiseau de la famille des Gaviidae.

Gavia immer adulte
Gavia immer adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 73 à 88 cm, avec une envergure de 122 à 148 cm.
C’est un oiseau grand et fortement charpenté.
Sur l’eau, le bec est fort, horizontal. La tête est grosse. Le cou est assez épais.
Le front est abrupt, pouvant présenter une protubérance faisant paraître la calotte concave.
Lorsque l’oiseau flotte haut, on aperçoit habituellement une bande pâle tout le long de la ligne de flottaison.
En vol, le gros cou est horizontal. Les pattes sont grosses et saillantes. Les battements d’ailes sont plutôt calmes, avec souplesse de la main parfois caractéristique.
La corpulence et la grosseur du bec sont parfois évidentes.
L’adulte nuptial a la tête toute noire. Le dos a un échiquier en bande. Il a une bande transversale blanche au côté du cou.
L’adulte internuptial a le bec tenu droit ou à peine relevé. Celui-ci est grisâtre bleuté avec la pointe et le culmen sombres. Le cercle oculaire est clair. Il a une limite assez nette entre l’arrière du cou sombre et le devant blanc. Le demi-collier est noirâtre au côté du cou. Il a un contraste entre l’arrière du cou sombre et le dos plus clair.
Le juvénile est comme l’adulte internuptial. Le net pattern est écailleux pâle sur le dessus. Il n’a pas de mouchetures blanches aux couvertures alaires. Le cercle oculaire moins net.
Durant le 1er été, il conserve l’aspect juvénile.
Durant le deuxième hiver, il est comme l’adulte internuptial. Le dessus est souvent un peu plus sombre et la pointe du bec est plus claire. Il n’a pas de mouchetures blanches aux petites couvertures alaires.

Gavia immer adulte
Gavia immer adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

On le rencontre sur des grands lacs des forêts et de la toundra.
Sur l’île de Ré, il est présent de début novembre à la mi-mai, voire de début octobre à la mi-juin ainsi qu’en août. Il est capable de rester sous l’eau durant 3 minutes, bien que ses plongées n’excèdent pas 40 à 60 secondes à environ 12 mètres de profondeur.
Son poids l’oblige à prendre un élan laborieux pour décoller de l’eau. Il vole le cou légèrement tendu vers le bas.

Il niche généralement sur les rives non boisées des lacs nordiques. Le nid se réduisant à un creux gratté dans le sol à proximité de l’eau. Il peut être constitué avec des matériaux trouvés aux environs. La femelle pond 2 œufs d’un brun-olive légèrement taché de noir. L’incubation durera entre 26 et 31 jours.
La femelle transportera les jeunes sous ses scapulaires pendant plusieurs semaines. Ces derniers commencent à plonger après 2 jours.

Il se nourrit de poissons : morue, hareng, merlan, grondin, aiglefin, perche, anguille, gardon, poisson-chat... Son régime peut également se composer de petits mollusques, de crustacés ainsi que de petits céphalopodes et d’annélides. Les végétaux aquatiques font également partie de son régime alimentaire.

Mots-clés