Goéland argenté Larus argentatus (Pontoppidan, 1763)

Larus argentatus (Pontoppidan, 1763) ou le Goéland argenté est un oiseau de la famille des Laridae.

Larus argentatus adulte
Larus argentatus adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 54 à 60 cm, pour une envergure de 138 à 155 cm.
Le gris clair du dessus n’apparaît qu’à partir du 2e hiver.
La tête de l’adulte est blanche en été, striée de sombre en automne.
La couleur du bec varie progressivement du sombre, la base diversement claire chez les juvéniles et les individus de 1er hiver, au jaune avec tache rouge orangé chez l’adulte.
L’œil passe du brun chez le juvénile au jaune chez l’adulte.
Les pattes sont de couleur chair à tout âge.
Le contact est un « guéaou » rauque et strident. Le même cri est répété et sonore pour l’alarme.

Larus argentatus adulte
Larus argentatus adulte
Crédits : Cécilia Saunier-Court

Il est présent sur les côtes, les lacs, les falaises. Il se déplace également à l’intérieur des terres pour se nourrir, par dans les champs et les décharges.
Il pratique souvent le vol ascensionnel, parfois très haut dans le ciel.

Il est sociable en toutes saisons.
C’est un migrateur partiel.
Sur l’île de Ré, il est présent toute l’année. On peut facilement l’observer. Il est nicheur. Pour casser la coque ou la carapace de certaines proies, le Goéland argenté laisse tomber l’objet d’une hauteur de plusieurs mètres sur un rocher ou une digue en pierre située en contrebas.

Il niche en colonies variant de plusieurs dizaines à quelques milliers de couples. Le nid, placé à terre dans l’herbe d’une corniche rocheuse, d’un îlot ou d’un toit est plus ou moins volumineux. En avril-mai, la femelle y pond 2 ou 3 œufs qui sont couvés entre 26 et 32 jours.

Larus argentatus adulte
Larus argentatus adulte
Crédits : Cécilia Saunier-Court

Il se nourrit de poissons, de mollusques et de crustacés mais aussi de vers de terre et de petits mammifères. Les œufs et les oisillons des autres espèces entrent pour une part non négligeable dans sa diète. En hiver, graines et cadavres collectés sur les plages et le long des estuaires, déchets alimentaires humains récoltés dans les décharges constituent le principal de son menu.
La clameur sauvage du Goéland argenté est une des signatures du littoral qu’on garde en mémoire. Le Goéland argenté plus encore que ses cousins rappelle les grands espaces d’eaux libres,les vagues,les vols planés et les vols ascensionnels...

Mots-clés