Bécassine sourde Lymnocryptes minimus (Brünnich, 1764)

Lymnocryptes minimus (Brünnich, 1764) ou la Bécassine sourde est un limicole de la famille des Scolopacidae.

Elle mesure de 18 à 20 cm, avec une envergure de 38 à 42 cm.
Son bec est court, proportionnellement épais à la base.
Le bout des ailes est obtus ,la queue pointue.
La tête porte de nets motifs avec un sourcil fourchu.
Elle a un croissant sombre sous l’œil. Elle a toujours une nette tache lorale sombre.
Elle n’a pas de bande centrale à la calotte.
La poitrine et les flancs sont fortement rayés.
Elle a de fortes raies dorsales jaunâtres, ainsi qu’un reflet vert métallique sur le manteau et les épaules.
Son cri est rare. C’est un « yètch » rude et étouffé, quand on la dérange. Lors d’un rapide et long piqué en vol nuptial, elle émet un « ougougok-ougougok-ougougok... » typiquement creux, difficile à localiser, durant 8 environ, suivi de quelques appels.

On la rencontre dans les marais de la taïga.
C’est une espèce migratrice.
Sur l’île de Ré, elle peut être observée aux passages migratoires de septembre à janvier, ainsi qu’en mars et en mai.

En cas de danger, elle se plaque au sol pour se confondre avec la végétation. Elle peut parfois se laisser approcher à très courte distance avant un envol silencieux et hésitant.

Le nid ressemble à celui des autres espèces. Il est situé au sol en terrain découvert dans les forêts du Nord. Les 4 œufs, presque aussi gros et généralement d’un gris jaunâtre avec des taches violacées, sont couvés uniquement par la femelle pendant une période qui varie de 17 à 24 jours.

Elle se nourrit en agitant le corps de bas en haut, de manière élastique. Elle fouille le sol à la recherche de vers et de vermisseaux, mais elle ingurgite également des insectes (des petits coléoptères et leurs larves), des mouches et des mollusques aquatiques et des escargots.

Mots-clés