Spatule blanche Platalea leucorodia (Linnaeus, 1758)

Platalea leucorodia (Linnaeus, 1758) ou la Spatule blanche est un oiseau appartenant à la famille des Threskiornithidae.

Platalea leucorodia adulte
Platalea leucorodia adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Elle mesure de 80 à 93 cm, avec une envergure de 120 à 135 cm.
Elle ne peut pas être confondue avec son long bec à bout spatulé.
Elle se caractérise aussi par sa huppe fournie sur la nuque et sa façon particulière de se nourrir.
L’adulte nuptial a la huppe fournie. Elle a une tache ocrée à la poitrine. Les rémiges primaires sont toutes blanches. Le bec est noir à bout jaune.
L’adulte internuptial est comme l’adulte nuptial mais il n’a pas de huppe ni de tache ocrée à la poitrine.
Le juvénile et le 1er hiver est comme l’adulte internuptial, mais les pointes sont noires aux rémiges primaires externes. Au début, les pattes et le bec sont chair, et s’assombrissent par la suite.
Elle est muette.

Platalea leucorodia adulte
Platalea leucorodia adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Elle est présente dans des marais à vastes roselières, avec des broussailles et des arbres.
Elle fréquente les pièces d’eau claires, peu profondes et abritées ou les rivières limoneuses, et les marais salants comme ceux de l’île de Ré .
C’est une migratrice. Sur l’île de Ré, on l’observe surtout de la mi-août à la fin mai. Mais elle peut être présente toute l’année. Il n’est pas rare de voir des groupes d’une vingtaine d’individus sur les bords de la Réserve Naturelle de Lilleau des Niges.

Platalea leucorodia adulte
Platalea leucorodia adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Elle vole avec le cou et les pattes bien tendus, mais maintenus sous le niveau du corps.

Elle niche en colonies. Son nid est fait de branchettes et d’algues dans un arbre ou dans les roseaux. La femelle pond 3 à 5 œufs entre avril et mai, incubés en 24 jours.
Son bec spatulé lui permet d’attraper des petits crustacés, épinoches et gambusies, des mollusques...
La colonie nicheuse la plus proche est celle de la Gripperie au sud de Rochefort, plus éloignée est celle du marais de Grand Lieu, rive gauche de la Loire en Loire-Atlantique.
Elle est régulièrement présente dans l’île. Elle a même été vue ailleurs que dans les marais du Fier d’Ars, sur une laisse de mer devant le marais des Grands Prés à Sainte-Marie-de-Ré.

Mots-clés