Pluvialis apricaria (Linnaeus, 1758)

Pluvier doré

Pluvialis apricaria (Linnaeus, 1758) ou le Pluvier doré est un oiseau de la famille des Charadriidae.

Pluvialis apricaria adulte
Pluvialis apricaria adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 25 à 28 cm, avec une envergure de 53 à 59 cm.
De loin, il paraît brun dessus. De près, il est gris foncé parsemé de taches serrées, jaune verdâtre ou jaune beigeâtre et blanches.
En vol, on voit une bande alaire insignifiante, étroite et blanchâtre.
Le croupion est foncé. Les aisselles et la partie distale du dessous des ailes sont blanc brillant.
Le mâle adulte nuptial est plus noir dessous que la femelle. Le dessous est pâle l’hiver.
Le juvénile est très semblable à l’adulte internuptial mais à plumage uniformément frais et à fins motifs, et à ventre et flancs pour une grande part finement mêlées de gris brunâtre.
Le 1er été est comme l’adulte internuptial avec peu de noir dessous.
Il émet des sifflements mélancoliques « puh » ou « tuu » comme contact en vol ,répétés sans trêve par les nicheurs dérangés.

On le rencontre dans les landes rases de montagne, les tourbières d’altitude, les marais .Il hiverne dans l’ouest et le sud de l’Europe.
Les groupes volent rapidement, en formations serrées.
Il est craintif, toujours en alerte.
Sur l’île de Ré, on peut l’observer de la mi-octobre à la mi-mars, voire de la mi-juillet à la fin mai.

Pluvialis apricaria adulte
Pluvialis apricaria adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Le mâle creuse plusieurs petites cuvettes dans le sol. La femelle en choisit une, et les deux oiseaux se mettent à parader avant de s’accoupler. Le nid est ensuite agrandi par la femelle, puis garni d’herbes. Environ 3 semaines plus tard, la femelle y pond 3 ou 4 œufs en l’espace de 2 jours qui éclosent entre 28 et 31 jours. Les poussins sont nidifuges.

Ils mangent des insectes, en particulier des coléoptères et leurs larves. Les vers de terre constituent la nourriture principale du pluvier doré, qui mange aussi des limaces et des herbes.

Pluvialis apricaria adulte
Pluvialis apricaria adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Dans l’île de Ré, quand l’Europe du Nord est dans le grand froid, arrivent les Pluviers dorés. Ils préfèrent les terres aux marais et aux vasières. On les trouve dans les champs de Loix, de La Couarde, sur les glacis de la citadelle de Saint-Martin où ils recherchent des larves et vers de terre. Dès qu’il gèle, ils partent vers le sud pour survivre. A l’instar des vanneaux avec lesquels ils sont souvent mélangés.