Pluvier fauve Pluvialis fulva (Gmelin, JF, 1789)

Pluvialis fulva (Gmelin, JF, 1789) ou le Pluvier fauve est un Limicole de la famille des Charadriidae.

Pluvialis fulva adulte
Pluvialis fulva adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 21 à 25 cm.. Il est très semblable au Pluvier doré mais il est plus petit.
Son corps est plus élancé.
La tête est proportionnellement un peu plus grosse. Le cou est plus long ainsi que les pattes .
En vol, les ailes sont plus étroites et les « orteils » dépassent légèrement la queue.
Le bec est en moyenne un peu plus long et plus uniformément gros.
Les aisselles sont gris brunâtre.
La partie interne du dessous des ailes blanc est grisâtre en tous plumages.
Il est très difficile à distinguer du Pluvier bronzé. Il est à peine plus petit. Les ailes sont plus courtes mais les tertiaires sont plus longues, avec une projection primaire modérée et 3 pointes de primaires visibles au-delà des tertiaires.
L’adulte nuptial est comme le Pluvier doré. Mais il a plus de blanc au front et sur les côtés du cou et l’avant de la poitrine mais moins sur les flancs. Il a une étroite bande blanche sur les flancs souvent à grosses taches noires, ou presque absente. Les sous-caudales sont variables, à taches noires et blanches ou principalement noires. Le dessus a un motif grossier.
Le juvénile est très semblable au Pluvier doré juvénile. Il en diffère surtout par la taille, la forme, le dessous des ailes et la voix. En règle générale, il est un peu plus de jaune beigeâtre à la tête, au cou et à la poitrine avec une tacheture plus fine et plus nette, mais certains sont très semblables sur le terrain.
En vol, il émet un « tchu-itt » ou « tchu-ii ». Il émet aussi un « puu » comme le Pluvier doré.

Pluvialis fulva adulte
Pluvialis fulva adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il est occasionnel en Europe occidentale.
On le rencontre sur des côtes et des plages vaseuses basses, mais aussi des champs et des prés.
Ce sont des migrateurs de longue distance.
Sur l’île de Ré, il n’est observé qu’au mois de juillet. Il est très rare. C’est une espèce accidentelle.

Le nid est une petite dépression garnie de lichens et placé dans un endroit sec, sur un petit monticule garni de mousses de la toundra. La ponte comprend habituellement 4 œufs qui sont couvés pendant 26 jours.

Pluvialis fulva adulte
Pluvialis fulva adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Son régime est composé d’insectes, de mollusques, de vers de terre, de crustacés et d’araignées. Ils ingurgitent aussi des baies qui sont très importantes dans la toundra. Ils peuvent manger aussi des graines et des feuilles.

Mots-clés