Avocette élégante Recurvirostra avosetta (Linnaeus, 1758)

Recurvirostra avosetta (Linnaeus, 1758) ou l’Avocette élégante est un Limicole de la famille des Recurvirostridae.

Recurvirostra avosetta adulte
Recurvirostra avosetta adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Elle mesure de 42 à 46 cm, avec une envergure de 67 à 77 cm.
Vue rapidement ou de loin, elle peut être prise pour une mouette en raison de sa blancheur. De près, elle ne peut pas être confondue.
Son plumage est blanc et noir.
Le bec est noir, étroit et retroussé.
Ses pattes sont longues et bleu clair.
En vol, on voit de grandes bandes noires et blanches typiques.
Le mâle adulte est reconnu au bec plus long et moins nettement arqué et au motif noir toujours distinct sur la tête. La femelle a le bec plus court et plus nettement arqué, un motif sur la tête parfois plus flou et à nuance brune.
Le juvénile a un motif brun foncé mat. Ses pattes sont grises.
Le 1re année diffère des adultes tant qu’il porte le plumage juvénile. Les rémiges primaires sont très usées et brunâtres à partir du 1er été.
Le cri de contact et d’alarme est un sifflement flûté de ton bas et plaintif « plutp-plut-plutt ».

Recurvirostra avosetta adulte
Recurvirostra avosetta adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

On la rencontre sur les côtes basses et découvertes, des baies sablonneuses aux eaux peu profondes, salées ou saumâtres, avec des endroits nus et des bancs de sable. En hiver, elle est aussi présente dans la zone intertidale et les vasières.
Sur l’île de Ré, elle est présente toute l’année.Elle est nicheuse.
Elle est vive et nerveuse. Elle tend le cou si elle est dérangée durant la nidification.

Mâle et femelle se relaient pour ménager une cuvette dans le sol. Ils y apportent ensuite une bonne quantité de végétaux morts. Après la ponte, les deux oiseaux partagent l’incubation des œufs durant 23 à 25 jours.

Recurvirostra avosetta œufs
Recurvirostra avosetta œufs
Crédits : Cécilia Saunier-Court

Elle consomme surtout des insectes aquatiques, des vers et des petits crustacés vivant en eau saumâtre. L’avocette recherche sa nourriture dans l’eau, à l’aide de son bec incurvé et très sensible. Elle entrouvre le bec et écume l’eau en surface. Elle manœuvre le bec dans un va-et-vient latéral tout en filtrant les aliments. On dit qu’elle sabre l’eau de son bec relevé. Elle niche dans les marais salant abandonnés du Nord de l’île. L’hiver, elle peut constituer des bandes très importantes qui se regroupent sur le haut des îlots ou le haut du Schorres à marée haute. La Lasse à Loix est un lieu d’observations hivernales très prisées pour tous les limicoles et... les avocettes.

Mots-clés