Sterne arctique Sterna paradisaea (Pontoppidan, 1763)

Sterna paradisaea (Pontoppidan, 1763) ou la Sterne arctique est un oiseau de la famille des Sternidae.

Sterna paradisaea adulte
Sterna paradisaea adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Elle mesure de 33 à 39 cm, avec une envergure de 66 à 77 cm.
Elle est très semblable à la Sterne pierregarin (Sterna hirundo). Mais sa taille est un peu moindre. La tête, le cou et le bec sont plus courts mais la queue est plus longue.
Les pattes sont très courtes.
Les ailes sont un peu plus étroites.
L’adulte nuptial a le bec rouge sang sans pointe noire. Le croupion, la poitrine et le vente sont nuancé de gris contrastant quelque peu avec la joue et le haut de la gorge blancs. De longs filets dépassent de la pointe des ailes chez l’oiseau posé. Le dessus des ailes est uniformément gris clair.
Le juvénile a une barre carpale sombre souvent moins nette que chez la Sterne pierregarin. Les secondaires sont blanchâtres. Il a souvent une zone triangulaire blanche à l’arrière de l’aile. Le bec est noirâtre, d’abord à base rouge et devenant tout noir par la suite. Le front est blanc.
Durant le premier été, elle a un front blanc, le bec sombre, un vague barre carpale sombre.
Il émet un « pi-pi-pi... » ou un « piu’piu’piu... » pépiant et clair.

Sterna paradisaea adulte
Sterna paradisaea adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

On la rencontre sur les côtes, des îles, au bord de pièces d’eau dans la taïga et sur les versants montagneux et, dans la toundra, près de l’eau.
C’est une migratrice, qui hiverne au large de l’Afrique du sud et dans l’Antarctique. Sur l’île de Ré, on la rencontre de début septembre à mi octobre, voire de la mi-août à la mi-novembre, ainsi qu’éventuellement en mars, juin et juillet.

Mouettes et goélands nichent souvent en compagnie des sternes arctiques, profitant de leur protection efficace contre les prédateurs. Une colonie de sternes est en effet toujours surveillée par une sentinelle. A son signal, toutes les sternes s’envolent et attaquent vigoureusement l’intrus.

Sterna paradisaea adulte
Sterna paradisaea adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

L’espèce niche en grandes colonies sur les plages de sable ou de galets et parmi les rochers non loin de la mer. Le couple construit son nid au sol, grattant une cuvette que mâle et femelle garnissent de quelques végétaux. La femelle pond habituellement deux œufs, chamois ou crème avec des taches brunes et noires.

Elle se nourrit surtout de petits poissons, mais aussi de plancton et de petits crustacés.Elle n’est pas nicheuse dans l’île de Ré.

Mots-clés