Bécasseau rousset Tryngites subruficollis (Vieillot, 1819)

Tryngites subruficollis (Vieillot, 1819) ou le Bécasseau rousset est un limicole de la famille des Scolopacidea.

Il mesure de 18 à 20 cm.
Il est de la taille du Bécasseau variable (Calidris alpina). Il est semblable à un Combattant varié juvénile (Philomachus pugnax).
Son bec est plus court, plus fin, plus droit et noir.
Le tête et le dessous sont uniformément chair beigeâtre, avec la calotte joliment et finement rayée.
L’œil est noir bien évident par rapport au côté uniforme de la tête.
Les côtés de la poitrine sont nettement tachetés.
Ses pattes sont jaune moutarde.
Il n’a pas de dessins blancs sur le dessus.
Le dessous des ailes est blanc avec un croissant noir aux couvertures de la main.
L’adulte a des scapulaires largement liserées de pâle. Ses couvertures alaires sont uniformes.
Le juvénile a un motif entièrement écailleux dessus avec les couvertures alaires à motifs fortement contrastés.

Il est originaire d’Amérique du Nord. Il est rare mais régulier en France.
Il fait volontiers halte dans les zones à herbe rase mais aussi près des mares et sur les vasières littorales.
C’est un migrateur. Sur l’île de Ré, il ne fut que rarement observé (de la mi-août à la mi-septembre).

Pendant qu’ils se nourrissent à terre, ils marchent régulièrement, sans à-coups, avec une cadence de pas rapide et en agitant la tête à la recherche de proies sur le sol. Ils peuvent également courir, effectuer des arrêts et des changements de direction brusques comme le font aussi les pluviers.

Le nid est constitué par une dépression sur le sol, proche d’un monticule de mousse. La femelle gratte une cavité peu profonde puis la garnit de feuilles, de roseaux, de mousses ou de lichens. Elle y pond 4 œufs qu’elle incube pendant une période variant entre 23 et 25 jours.

Il se nourrit principalement d’insectes. Il complète son alimentation avec des araignées et certaines plantes aquatiques.

Mots-clés