Balaenoptera acutorostrata

Petit Rorqual

Balaenoptera acutorostrata ou le petit rorqual ou baleine de Minke, minky whale en anglais, baleineau à Saint Pierre et Miquelon est le plus petit des grands cétacés à fanons avec ses 7 à 11m de long pour les femelles adultes. Sa silhouette admirablement effilée lui vaut le surnom de « museau pointu ».

Balaenoptera acutorostrata
Balaenoptera acutorostrata
Crédits : Grégory Ziebacz

Par temps calme, c’est le bruit de son souffle qui indique sa présence, mais le temps d’orienter le regard, et c’est son dos avec son aileron dorsal falciforme très crochu qui permettra son identification, à défaut d’être assez près pour admirer les dessins de sa peau, grise presque noire.
Un autre critère permet de le différencier d’un petit de grand rorqual, c’est une bande blanche en travers des nageoires pectorales.

Il fréquente le plateau continental et s’approche près des côtes, mais il passe très au
large de nos pertuis. Difficile à observer, solitaire le plus souvent, c’est la seule baleine vivante encore présente à proximité des côtes bretonnes.

Balaenoptera acutorostrata
Balaenoptera acutorostrata
Crédits : Ré Nature Environnement

Les références aux baleines sont souvent exploitées commercialement dans l’île de Ré, pourtant ces magnifiques animaux sont victimes de plus en plus souvent de drames dans l’Océan Atlantique et dans tous les océans et mers de la planète. C’est ce que révèle en mars 2013 l’échouage d’une petite baleine sur le rivage de Sainte Marie de Ré.

Balaenoptera acutorostrata
Balaenoptera acutorostrata
Crédits : Grégory Ziebacz

En mars 2013 une petite baleine s’est échouée sur le rivage de Sainte-Marie-de-Ré. Les scientifiques de l’Observatoire Pélagis (ex C.R.M.M.) de La Rochelle et le Réseau National d’Échouage 17 l’ont identifiée comme étant un petit rorqual femelle de 6 m de long. Un hématome couvrant tout le dos de la tête à la queue, indique une collision avec l’étrave d’un navire de très fort tonnage.
Le mammifère marin est resté accroché au navire, puis a été détaché dans les pertuis
lors des manœuvres. Tout aussi récemment, les membres du R.N.E. de l’Université de Liège, examinaient le cadavre d’un petit rorqual mâle de 3m40 anormalement maigre. Ce sont 400g de sacs plastiques qui ont été retirés de son système digestif.
Rappelons que les cétacés sont intégralement protégés par des Lois Nationales et Internationales depuis l’arrêt de la chasse industrielle, mais leurs populations n’augmentent pas assez pour espérer une reproduction positive à long terme...