Stenella coeruleoalba

Dauphin bleu et blanc, Dauphin de Thétis

Avec le dauphin commun, c’est un des plus abondant au monde, il fréquente tous les océans, des zones tempérées et tropicales et l’ensemble de la Méditerranée. On l’appelle aussi le Dauphin commun.

Stenella coeruleoalba
Stenella coeruleoalba
Crédits : Gérard Gautier

Le dauphin bleu et blanc ne dépasse pas 2,30m pour un poids de 100 kg.
La tête se caractérise par un bec long et étroit.
Les couleurs des flancs sont caractéristiques à son espèce, gris bleuté sombre sur le dos, et blanc sur les faces ventrales.
Une fine bande noire rejoint l’œil à la région située entre le ventre et la queue.
Les flancs sont parcourus de flammes grisées de l’avant à l’arrière ce qui lui vaut l’appellation anglaise de dauphin rayé.

Stenella coeruleoalba
Stenella coeruleoalba
Crédits : A. GANNIER / GREC

Sur la façade Atlantique, il se déplace peu sur le plateau continental et n’est visible qu’à proximité des secteurs atteignant des profondeurs de plus de 500 à 1000 mètres. On estime les stocks à 75000 dauphins de cette espèce loin au large, au delà du Golfe de Gascogne.

Pour son alimentation le dauphin bleu et blanc est très opportuniste selon les océans et les régions, mais pour l’essentiel, ce sont des poissons et des céphalopodes de petite taille, 3 et 17 cm, qu’il capture avec une technique de chasse en groupe adaptée à la localisation et à la capture de proies dispersées.

Stenella coeruleoalba
Stenella coeruleoalba
Crédits : Wanax01

En Atlantique nord-est, au moins 1000 dauphins communs sont capturés accidentellement chaque année, en particulier dans les chaluts pélagiques.
Avec 1019 mammifères marins échoués recensés, dont 932 cétacés, l’effectif des échouages de l’année 2011, dépasse celui de 1997 qui détenait jusque là le record avec un total de 991. En 2011, 41 dauphins bleu et blanc se sont échoués sur la façade Atlantique, dont un sur une plage de l’Ile de Ré. Si l’analyse de la saison 2012 n’est pas terminée, cette période a été marquée par une série d’échouages inhabituels, 5 dauphins bleu et blancs vivants se sont échoués en un mois entre Saint-Trojan (17) et Brétignolles (85). Les renflouages ont été fatals pour ces animaux. Leurs examens ont révélés des pathologies similaires du système digestif et reproducteur ainsi que des hémorragies du tissu cérébral.

Stenella coeruleoalba
Stenella coeruleoalba
Crédits : Grégory Ziebacz

La population actuelle pourrait ainsi être réduite de 20% en trente ans et un risque d’extinction en 100 ans. Alors que le taux d’accroissement pourrait atteindre au maximum 4,5% dans une situation démographique optimale. Ce constat applicable à d’autres espèces devrait constituer un outil pertinent pour les gestionnaires de la ressource halieutique.