Pipit rousseline Anthus campestris (Linnaeus, 1758)

Anthus campestris (Linnaeus, 1758) ou le Pipit rousseline est un oiseau de la famille des Motacillidae.

Anthus campestris adulte
Anthus campestris adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 15,5 à 18 cm.
Il est élancé. Son plumage est de couleur sable assez uniforme.
Le trait loral est sombre en tous plumages.
Son ongle postérieur est relativement court.
Les pattes sont chair ou brun clair.
L’adulte a une calotte et un dos à peu près sans rayures. Le dessous est blanc beigeâtre sans rayures, parfois avec quelques petites taches vagues sur le haut de la poitrine. Son sourcil est net et pâle. La moustache est sombre avec un très étroit trait malaire. Les couvertures alaires sont moyennes, sombres, contrastant avec leur large bout blanc beigeâtre en plumage frais.
Le juvénile a une calotte et un dos très tachetés de sombre. Les plumes sont finement bordées de blanc. Le haut de la poitrine est tacheté de foncé.
Il est reconnaissable grâce à un « chilp » décidé, ou « chuyp » plus bref. Son chant est simple, généralement émis lors du vol chanté onduleux, 2-3 syllabes sonores et souvent accentuées, avec fin prolongée, et calmement répétées.

On le rencontre sur des dunes, des milieux sablonneux à maigre végétation, des carrières et gravières.

Le pipit rousseline chemine et court sur le sol à grande vitesse. S’il est inquiet, il lève et abaisse la queue nerveusement.
Il se pose très souvent à découvert. On peut l’observer en groupes de 3 à 5 pendant l’automne. C’est habituellement un solitaire, et en dehors de la période de reproduction, le couple est rarement proche. C’est un migrateur. C’est un visiteur d’été (avril à octobre) qui hiverne en Afrique.
Sur l’île de Ré, il est présent de mai à mi-septembre, voire de la mi-avril à la mi octobre.

Il initie son vol de parade depuis une pierre ou depuis le sol, aussi depuis un petit arbuste, pour revenir se poser au même endroit s’il n’est pas dérangé. Son vol est ondulant.

Il niche à même le sol, profitant d’une dépression du terrain, et presque toujours à l’abri d’une plante, d’un buisson ou d’un arbuste. La femelle construit un nid très sommaire avec des herbes sèches. Elle y dépose 4 à 5 œufs de couleur blanc jaunâtre ou grisâtre, très marqués de tons colorés. L’incubation dure environ 13/14 jours. A la naissance, les poussins sont couverts d’un long duvet épais beige clair. Ils sortent souvent du nid avant deux semaines, mais ils continuent d’être nourris pendant plus d’une semaine encore.

Il se nourrit d’insectes divers, petites araignées, de vers, de petites graines et de sauterelles.

L’espèce est menacée suite à la disparition et à la modification des habitats, dues notamment aux reboisements, à l’agriculture intensive et à l’abandon des terres.

Mots-clés