Martinet noir Apus apus (Linnaeus, 1758)

Apus apus (Linnaeus, 1758) ou le Martinet noir est un oiseau de la famille des Apodidae.

Apus apus adulte
Apus apus adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 17 à 18,5 cm, pour une envergure de 40 à 44 cm.
Le dessous est tout sombre mais sa gorge est pâle.
Les ailes sont en lames de faux, avec longue main et bras réduit.
Le juvénile a un fond plus noir. Le front et les lores sont pâles (liserés blancs), avec des taches plus blanches à la gorge. Les couvertures alaires sont finement bordées de blanc.
Il émet un cri strident, perçant et unique : « sriiirr », parfois très légèrement descendant ou montant.

Apus apus juvénile
Apus apus juvénile
Crédits : Ré Nature Environnement

Il chasse sans relâche les insectes en vol, souvent en compagnie d’hirondelles.
Son vol frénétique, ample, alterne avec de longs planés contre le vent.Il est falciforme c’est à dire que la forme de son cops en vol ressemble ( les ailes) à des lames de faux.
On le rencontre dans les villes, les villages, les ruines…
Dans l’île de Ré c’est un oiseau nicheurs qui respecte chaque année ( sources Dominique Chevillon) pour la quasi totalité de sa population les dates suivantes : arrivée entre le 18 et le 21 avril et départ entre le 26 et le 30 juillet . il devient très rare à partir de fin juillet, il s’agit dans ce cas soit de jeunes qui n’étaient pas près au moment du grand départ ou d’adultes malades ou blessés ). Il hiverne en Afrique ,et notamment en Afrique du sud.
Les martinets animent les rues des villages de leurs poursuites bruyantes en fin de journée.Ces sarabandes sont augmentées des jeunes de l’année quelques jours avant le départ migratoire. Les alentours des églises de Sainte Marie,la Flotte,Ars,la Couarde connaissent ces manifestations collectives pleines d’exubérances . Le grand vide ( sonore et visuel) qu’ils laissent après leur départ est un indicateur en plein été ( fin juillet) que la belle saison bascule .D’autres indicateurs comme la diminution déjà sensible de la durée du jour et l’arrivée des premiers migrateurs du grand nord de l’Europe ( ils fréquentent alors les marais rétais ) confirment cet état de fait .
Le nid est une construction de plumes et de matières végétales en forme de cuvette maçonnée avec de la salive. Le nid est placé Classiquement dans des fissures, sous le bord des toits, ... Il utilise le même nid chaque année. La femelle pond 2 ou 3 œufs surtout en juin. L’incubation dure environ une vingtaine de jours.

Le martinet se nourrit d’insectes volants qu’il va chercher jusqu’à 1000 mètres d’altitude et au-delà. On le sait parcourir des centaines de Km pour devant ,les nuages d’orages , capturer des pelotes d’insectes chassés par les vents violents. Le martinet ne se pose à terre que pour la nidification ( le nid et le nourrissage des petits ,il dort en volant ,il se reproduit en volant .

Mots-clés