Œdicnème criard Burhinus oedicnemus (Linnaeus, 1758)

Burhinus oedicnemus (Linnaeus, 1758) ou l’Œdicnème criard est un oiseau de la famille des Burhinidae.

Burhinus oedicnemus adulte
Burhinus oedicnemus adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 38 à 45 cm, pour une envergure de 76 à 88 cm.
Son œil est grand et jaune. Le bec a un bout noir.
En vol, on le reconnait avec le motif noir et blanc des ailes, la gibbosité du dos vu de profil et les amples coups des longues ailes arquées.
Le mâle adulte a un encadrement noir plus net que la femelle autour des couvertures alaires blanches sur l’aile fermée.
Le juvénile n’a pas de net sourcil blanchâtre. Les couvertures alaires sont ocre-brun clair. Il a de grandes couvertures alaires à bout largement blanc.
C’est un oiseau très bruyant lors de la nidification. Son chant est souvent nocturne.

On le rencontre dans des landes, des plaines sablonneuses, arides ou à végétation pauvre, des semi-déserts, des champs pierreux et des prés.
C’est un visiteur d’été (mars à octobre) qui hiverne dans le sud-ouest de l’Europe et en Afrique.
Sur l’île de Ré, il a été observé de décembre à mai.

Il est isolé ou en couple, rarement en groupes. Il est actif au crépuscule et de nuit, mais peut aussi être vu et entendu le jour.
Son alimentation est principalement composée d’insectes.

Burhinus oedicnemus adulte
Burhinus oedicnemus adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Bien camouflé, il passe l’essentiel de la journée tapi au sol. La plupart des Œdicnèmes qui nichent dans le nord et l’est de l’Europe migrent vers le sud à l’automne. A mi-août, après la nidification, les Œdicnèmes se rassemblent en bandes sur des sites pré-migratoires. Jusqu’à 200 ou 250 individus ont ainsi parfois été notés, mais les bandes sont d’ordinaire bien plus modestes.

L’Œdicnème préfère courir avec rapidité sur ses hautes pattes jaunes plutôt que de voler.

Au printemps, certains Œdicnèmes criards parviennent déjà appariés aux sites de nidification. Les autres s’apparient après des parades nuptiales au cours desquelles le mâle se courbe jusqu’à toucher le sol du bec, la queue levée et déployée. Chaque couple défend son territoire en se dressant agressivement, la queue déployée. Le nid est une petite cuvette au sol, située en terrain dégagé afin de pouvoir repérer les prédateurs.

L’Œdicnème criard se nourrit d’insectes terrestres et de leurs larves, notamment les sauterelles, criquets, chenilles et de vers de terre. Il capture aussi des limaces, des escargots, grenouilles, petits lézards, souris, campagnols et œufs. Il s’alimente plutôt du crépuscule à l’aube lorsque les invertébrés se manifestent.

Mots-clés