Busard cendré Circus pygargus (Linnaeus, 1758)

Circus pygargus (Linnaeus, 1758) ou le Busard cendré est un rapace diurne, appartenant à la famille des Accipitridae.

Circus pygargus adulte
Circus pygargus adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 39 à 50 cm, pour une envergure de 96 à 116 cm.
Ses ailes sont assez longues et étroites. Le corps est élancé.
La queue est longue et étroite.
Le mâle adulte ressemble à celui du Busard Saint-Martin mais se distingue par la présence de barres noires aux rémiges secondaires ,plus de noir au bout des ailes, des couvertures gris plus foncé sur le dos et les bras. Et surtout par des stries brun-roux au ventre .
La femelle adulte diffère de celle du Busard Saint-Martin avant tout par la silhouette. La base des ailes est assez étroite. Elle a une nette bande sombre aux secondaires brunes, dessus, juste après les couvertures, ainsi que de nettes barres sombres, dessous, aux secondaires chamois pâle, la teinte pâle ne fonçant pas en allant vers le corps. Le bord postérieur est foncé à la main, dessous. Les grandes couvertures sous-alaires et axillaires sont nettement barrées.
Le juvénile est plus sombre et plus brun-roux que la femelle adulte. Le dessous est uniformément brun-roux à l’exception de quelques stries sombres aux côtés de la poitrine. Les secondaires sont uniformément sombres dessus, gris foncé presque sans barres dessus, avec une étroite bande pâle aux grandes couvertures, sans collier blanc jaunâtre, sans rayures brunes foncées uniformes aux côtés du cou. Les mâles ont des barres plus irrégulières sous les primaires.
Durant le 1er été, le mâle a une proportion variable de plumes gris foncé à la tête, au cou et en haut de la poitrine, créant parfois un effet de collier clair. Les rectrices médianes deviennent souvent grisâtres et perdent leurs barres à partir d’avril. Les rémiges demeurent de type juvénile.
Les 2 sexes émettent un retentissant « tyitt-èr-tyitt-èr-tyit-it-it-it-it ».

Circus pygargus adulte
Circus pygargus adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Son vol est souple, ondulant et parfois très lent à la limite du décrochage surtout chez le mâle.
On le rencontre dans les plaines ouvertes (et plateaux) à herbes, les cultures de céréales notamment, les landes à buissons bas, les zones palustres des forêts…
C’est un visiteur d’été.
Sur l’île de Ré, il est observé occasionnellement d’avril à septembre. Il prend ses quartiers d’hiver en Afrique au sud du Sahara ou en Asie Méridionale.
Il chasse à l’affût ou en volant à très basse altitude. Il survole les champs et les fossés en longues glissades silencieuses.

Le couple se fait surtout remarquer par ses parades nuptiales au cours desquelles il exécute de longues glissades qui se terminent par une chute en vrille piquée.

Circus pygargus adulte
Circus pygargus adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Les couples se forment lorsque les oiseaux atteignent l’âge de 2 ou 3 ans. Ce lien dure généralement pendant toute la durée de leur vie. Le nid est construit à terre dans la végétation herbacée. En mai-juin, la femelle pond de 3 à 5 œufs dont l’incubation dure entre 28 et 35 jours. Les jeunes busards quittent le nid en marchant au bout de 3 semaines mais l’envol ne s’effectue qu’au bout de 35 ou 40 jours.

Le busard cendré se nourrit surtout de petits mammifères (campagnols, mulots) mais aussi de passereaux tels que les alouettes, les bruants et les pipits. Reptiles (lézards, orvets et jeunes couleuvres) et insectes de grande taille (sauterelles, criquets, hannetons, carabes) agrémentent également son régime.

Mots-clés