Pic noir Dryocopus martius (Linnaeus, 1758)

Dryocopus martius (Linnaeus, 1758) ou le Pic noir est un oiseau de la famille des Picidae.

Il mesure de 40 à 46 cm, avec une envergure de 67 à 73 cm.
Il est noir, avec les yeux blanchâtres et la calotte rouge (mâle) ou avec seulement une tache rouge à l’arrière de celle-ci (femelle).
Il est souvent entendu toute l’année, en vol et comme alarme « krruk-krruk-krruk… ». Il tambourine au printemps. Les séries de percussions sont puissantes, sonores, comme des salves d’arme automatique.

Son vol est désordonné et un peu inconstant, avec la tête tenue haut et les larges ailes arrondies généralement arquées vers le bas, la trajectoire étant droite.
On le rencontre dans des forêts de haute futaie, de préférence de pins et mixtes, mais aussi de hêtres.
Il est craintif mais néanmoins curieux.
C’est un sédentaire.
Sur l’île de Ré, il a été observé exceptionnellement durant la première quinzaine de novembre. Cette espèce strictement inféodée aux grands massifs forestiers de montagnes se développe vers l’Ouest. Elle est arrivée en Poitou-Charentes, il y a une vingtaine d’années et se rapproche de la côte. Pourquoi pas demain un futur nicheur rétais...

Le pic noir pousse des cris puissants et son tambourinage constitué par la percussion avec le bec, de branches ou de troncs secs peut être audible à près d’un kilomètre. Le pic noir est un grimpeur averti, s’agrippant à l’écorce des arbres à l’aide de ses ongles pointus. Il vole avec puissance, fonçant entre les arbres d’un vol irrégulier et légèrement ondulant.

Solitaires le reste de l’année, les pics noirs commencent à parader en janvier. Ils s’attirent mutuellement par des cris de contact doux, mais aussi en donnant une série très rapide de coups de bec sur le tronc sec, produisant ainsi un tambourinage très sonore. Lorsque la rencontre a eu lieu, le couple parade de concert, balançant la tête et décrivant des cercles, le bec à l’unisson. Le nid est creusé dans le tronc d’un arbre sain ou malade. La ponte de 3 à 5 œufs a lieu en avril. L’incubation dure de 12 à 14 jours.

Il est à la fois végétarien et insectivore. Il se nourrit de fourmis et d’insectes xylophages. Ses sites de nourrissage privilégiés sont les arbres morts ou dépérissants, les souches gisant à terre sur un lit de feuilles mortes.

Mots-clés