Bruant proyer Emberiza calandra (Linnaeus, 1758)

Emberiza calandra (Linnaeus, 1758) ou le Bruant proyer est un oiseau de la famille des Emberizidae.

Emberiza calandra adulte
Emberiza calandra adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 16 à 19 cm.
Son corps est lourd.
Le bec est fort.
Sa tête parait souvent assez grosse.
Il a un plumage d’alouette, brun-gris strié dessus, blanc chamois dessous, avec des stries foncées aux côtés de la gorge, à la poitrine et aux flancs.
Sa queue n’a pas de blanc.
Les côtés de la tête n’ont pas de motifs frappants. Ils sont striés un peu irrégulièrement sur fond blanc chamois, avec le trait malaire et le bord inférieur de la joue plus sombres, la tache foncée à l’arrière des parotiques.
En plumage d’été, les stries de la poitrine se fondent souvent en motifs irréguliers.
Les pattes et les côtés du bec sont chair jaunâtre.
Les deux sexes sont semblables.

On le rencontre dans les milieux ouverts, champs.
Il est surtout sédentaire.
Sur l’île de Ré, il est présent toute l’année. Il y est nicheur. Commun, il se raréfie. Son vol, les pattes pendantes, est caractéristique. Un des meilleurs lieux pour l’observer demeure la zone cultivée de l’abbaye de Chateliers à la Flotte. Assez lent, on l’approche facilement, au poste de chant, il reste un long moment... ce qui permet une bonne observation. C’est le plus gros, le moins coloré des bruants que l’on peut rencontrer dans l’île.

Emberiza calandra adulte
Emberiza calandra adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il apprécie les postes élevés pour chanter. Il peut se contenter d’arbres, de buissons épars, de fils aériens, de poteaux de clôture.
Cet oiseau grégaire vit en groupes lâches. Il est assez peu farouche. L’oiseau a un air assez maladroit, il se meut souvent au sol en agitant la queue. Quand il se pose, il avance nettement les pattes.

Les mâles se mettent à chanter dès le mois de mars et en avril. La femelle cherche un renfoncement dans le sol d’une prairie, d’un champ de trèfle, ou en bordure de champ et elle y installe un nid de brins et de feuilles d’herbes, de racines et de poils. Elle pond 4 à 5 œufs qu’elle couve de 12 à 14 jours. Les œufs ont un fond rougeâtre et d’assez grandes taches sombres et des traits vermiculés fins comme des cheveux. Les jeunes s’éparpillent hors du nid à l’âge de 9 à 12 jours. Le bruant proyer manifeste parfois un penchant pour la polygamie, le mâle frayant régulièrement avec 2 ou 3 femelles.

Il se nourrit à 75% de graines, céréales, feuilles, herbes, baies mais il peut aussi manger des insectes, des araignées, de petits mollusques terrestres.

Mots-clés