Faucon pélerin Falco peregrinus (Tunstall, 1771)

Falco peregrinus (Tunstall, 1771) ou le Faucon pélerin est un rapace de la famille des Falconidae.

Falco peregrinus adulte
Falco peregrinus adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 38 à 51 cm. La femelle a une envergure de 89 à 100 cm. Celle du mâle est de 104 à 113 cm.
Il est fortement charpenté à large poitrine.
Les ailes sont pointues. Les bras sont assez large ,la queue de longueur moyenne.
En vol, les ailes sont habituellement un peu ramenées en arrière. Les poignets sont saillants.
L’adulte a le dessus gris ardoise. Le dos, le croupion et les sus-caudales sont gris-bleu plus clair ,le dessous blanc avec le bas de la poitrine, la gorge et les joues blanc pur mettant bien en valeur la calotte et la large moustache, noires.
Le juvénile a de larges rayures dessous. Le dessus est brunâtre avec des couvertures alaires grandes et primaires à liseré pâle. Le dessous des ailes est uniformément foncé. Les sous-caudales sont barrées ou à chevrons.

Il s’était beaucoup raréfié à cause des pesticides et des persécutions mais se rétablit depuis les années 1990.
On le rencontre sur des falaises côtières ou de l’intérieur ou en montagne, localement dans les tourbières de la taïga. Il réinvestit les villes où il trouve de multiples proies dont les pigeons...
C’est un migrateur au nord et à l’est.
Sur l’île de Ré, ce faucon est surtout présent de la mi-septembre à la fin février. Mais on peut éventuellement le rencontrer le reste de l’année. En janvier 2015, un jeune faucon bagué en Suède fut observé puis confié à la LPO. On le découvre sur l’estran dans une grande envolée de bécasseaux, mouettes, goélands et autres oiseaux qu’il vient d’attaquer. La chasse du Faucon pèlerin est un grand spectacle de la Nature. Au passage migratoire d’automne, il est assez fréquent de le rencontrer sur les plages et estrans rétais, lieux ouverts qu’il affectionne.

Falco peregrinus adulte
Falco peregrinus adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Les couples sont très attachés à leur territoire, mais ce sont surtout les mâles qui le défendent contre les intrus. Les femelles peuvent selon les cas changer de site et de partenaire d’une année à l’autre. En revanche du fait de leur forte corpulence, se sont surtout elles qui défendent le site et la nichée contre les intrusions de prédateurs potentiels.

En vol battu, les ailes coudées vers l’arrière paraissent pointues. Les battements d’ailes sont rapides et de faible amplitude quand il s’agit d’un vol de déplacement ordinaire. Ce vol est entrecoupé de courts planés. Au contraire quand il s’agit d’un vol d’attaque, les battements sont de très grande amplitude et accélérés jusqu’au moment où le faucon replie les ailes pour le piqué terminal.

En vol plané, si le vent est assez portant, les ailes sont coudées vers l’arrière, la queue pratiquement fermée. L’oiseau présente alors l’allure d’une grande hirondelle, ou, selon la comparaison de Paul Géroudet, la forme d’une ancre de marine. En revanche si le vent est moins portant, la queue est totalement déployée en éventail et les ailes pratiquement droites à l’horizontale du dos, l’oiseau a alors l’aspect d’une croix. Chez les femelles, plus lourdes et « denses », le bout de l’aile fait souvent un angle en pointant vers le haut à partir du poignet.

Ils ne construisent pas de nid. Ils pondent à même le sol sur une vire, dans un trou, une niche, ou un ancien nid de grands corbeaux ou d’un autre rapace.
La ponte comporte de 3 à 4 œufs. De couleur marron rougeâtre, ils sont pondus toutes les 48 à 72 heures.
L’incubation dure 30 jours, elle est assurée au 2/3 du temps par la femelle et 1/3 par le mâle. Elle débute à la ponte de l’avant dernier œuf. À l’éclosion, les poussins sont recouverts d’un premier duvet blanc très fin, qui sera remplacé par le deuxième duvet, beaucoup plus dense et épais, à partir du 15e jour.

Son alimentation est composée d’oiseaux qu’il capture en l’air après une poursuite horizontale ou un piqué vertigineux d’une grande hauteur, ailes repliées.
Toutefois il lui arrive de capturer aussi de gros insectes en vol ou des chauves-souris et de façon anecdotique des rongeurs.

Mots-clés