Faucon kobez Falco vespertinus (Linnaeus, 1766)

Falco vespertinus (Linnaeus, 1766) ou le Faucon kobez est un rapace de la famille des Falconidae.

Il mesure de 28 à 34 cm, avec une envergure de 65 à 76 cm.
Il est assez petit.
Sa silhouette rappelle celle des Faucons hobereau (Falco subbuteo) et crécerelle (Falco tinninculus).
Le mâle adulte a une combinaison unique. Le corps et les couvertures alaires sont bleu-gris. Les culottes et les sous-caudales sont rouge éteint. Les rémiges sont à dessus gris argenté. La cire et les pattes sont orangé terne.
Le mâle de 1er été a une proportion variable de gris-bleu. Le dessous des ailes est toujours barré comme le juvénile. Le dessous du corps est au moins en partie roux.
La femelle adulte a le dessous du corps jaune chamois roussâtre presque non barré. Le dos est gris-bleu avec de nettes barres sombres. La tête est blanc jaunâtre. La cire et les pattes sont orangées.
Le juvénile a le dessous chamois terne rayé de foncé. Sa courte moustache et le loup sont sombres. Le bord postérieur des ailes est nettement sombre. La cire et les pattes sont jaunes.
Il est bruyant lors de la nidification et au dortoir. Son cri strident est un « kékékéké ». Le cri en vol du mâle rappelle celui Faucon hobereau, soit un « kiu-kiu-kiu-kiu » plaintif.

C’est un visiteur d’été, qui hiverne en Afrique.
Sur l’île de Ré, il a été observé de la mi-avril à la fin juin ainsi que de la mi-août à la fin septembre.

Il a un instinct grégaire très fort qui le pousse à se réunir en colonies de plusieurs dizaines de couples.
Ses ailes longues et pointues lui permettent un vol puissant, rapide et agile tout à la fois.

Il niche en colonies, rarement par couples isolés, en milieu ouvert avec des bosquets, dans les steppes, près des prairies et dans les larges vallées fluviales.
La saison des nids débute en mai-juin. Comme elle intervient tardivement, le Faucon kobez en profite pour occuper d’anciens nids de corneilles récemment abandonnés. La couvée contient quatre ou cinq œufs. Les deux parents se relaient pendant 22 ou 23 jours jusqu’à l’éclosion. L’envol a lieu dans un délai de 26 à 28 jours.

Il se nourrit surtout d’insectes qu’il capture en vol ou à terre. Ce sont des coléoptères, des sauterelles ou des libellules. Très souvent, il utilise le vol stationnaire pour repérer ses proies.

Mots-clés