Gobe-mouche nain Ficedula parva (Bechstein, 1792)

Ficedula parva (Bechstein, 1792) ou le Gobe-mouche nain est un passereau de la famille des Muscicapidae.

Gobemouche nain
Gobemouche nain
Crédits : Cécile Rousse

Il mesure de 11 à 12 cm.
Il est de la taille du Pouillot véloce (Phylloscopus collybita).
Il est vif, sans cesse en mouvement dans les frondaisons.
Le dessus est principalement brun. Le dessous est blanc beigeâtre.
Il a un étroit cercle oculaire blanchâtre. Son œil est sombre.
Son bec est assez petit et foncé.
La base de la mandibule inférieure est jaune brunâtre.
Le mâle adulte a la gorge orange. La limite inférieure est assez floue par rapport à la poitrine blanc beigeâtre. Mais elle est nettement délimité par rapport aux côtés gris du cou. La tête et la nuque sont également grises. Les sus-caudales sont noires.
Le mâle subadulte est comme l’adulte mais l’orange est limité à une petite tache au menton et au haut de la gorge. Le gris est plus terne et moins étendu.
Durant le premier été, la gorge est sans orange. La tête et le cou n’ont pas de gris. Les sus-caudales sont brunes. Le dessous a une nuance chamois crème.
Il est loquace. Le chant commence par de brefs sons aigus, suivis de quelques notes rythmiques, s’achevant par une série de sons clairs, descendants, typiques.

On le rencontre dans divers milieux boisés, le plus souvent dans les parties touffues à sous-bois fourni, et volontiers près d’un ruisseau.
Il apprécie les feuilles, mais il ne fuit pas les boisements mixtes.
C’est un visiteur d’été, qui hiverne en Afrique.
Sur l’île de Ré, il a été observé de la mi-octobre à la mi-novembre.

Il volette nerveusement de branche en branche dans les arbres et arbustes. De plus, comme la plupart des Gobemouches, il effectue souvent un petit vol stationnaire lui permettant de capturer un insecte en vol.

Il construit son nid dans une cavité d’arbre à partir de mousses et de toiles d’araignées. Le fond est tapissé de poils. La femelle dépose 1 ponte par an de 5 à 6 œufs qu’elle couve seule.

Pour se nourrir, ce gobemouche parcourt consciencieusement le feuillage des arbres à la recherche d’insectes. Une autre technique consiste à capturer les insectes au moyen d’un vol stationnaire très souple.
Son régime est strictement insectivore.

Mots-clés