Hippolais icterina (Vieillot, 1817)

Hypolaïs ictérine

Hippolais icterina (Vieillot, 1817) ou l’Hypolaïs ictérine est un oiseau de la famille des Acrocephalidae.

Il mesure de 12 à 13,5 cm.
Son bec est assez fort, à base large.
La tête est forte.
Sa queue est assez courte et coupée droit.
Le dessus est vert grisâtre un peu plus clair que chez le Pouillot fitis (Phylloscopus trochilus).
Le dessous est jaune clair uni.
Ses lores sont pâles. Le sourcil (petit) est blanc jaunâtre .
Le cercle oculaire est pâle.
Les côtés du bec sont rose jaunâtre assez pâle.
Le bord pâle des tertiaires et des secondaires forment une plage pâle sur l’aile fermée, surtout au printemps, souvent presque totalement disparue chez l’adulte en automne.
Les primaires sont gris foncé à bout pâle.
Ses pattes sont grisâtres, souvent gris bleuté.
Les 2 sexes sont semblables.
Le juvénile a le dessus nuancé de brun, moins vert que l’adulte. La plage alaire est jaune chamois. Le dessous est généralement jaune plus pâle.
Le contact sur les lieux de nidification est un trisyllabe gai et mélodieux, « tè-tè-luyuyit ». Il est silencieux en migration, mais il émet parfois un « tèk ». L’inquiétude est marquée par un « tèk » ou « tè tè tè… » en brèves séries. Le chant est sonore, rapide, prolongé, varié, mêlé d’imitations d’autres espèces. Il émet des sons nasillards récurrents, typiques, « ghié ghié ».

On le rencontre dans les bois de feuillus clairs et humides, les sous-bois et clairières, les boqueteaux de pins parmi les cultures. Il est aussi présent dans les bosquets de bouleaux des prairies, les parcs et les jardins touffus.
C’est un visiteur d’été, qui hiverne en Afrique tropicale.
Sur l’île de Ré, il n’a été vu qu’en août et en octobre, aux passages migratoires vers ses zones d’hivernage.
Il vit en haut de la cime des arbres ce qui le rend assez difficile à voir.

Il a un vol plus puissant que celui de la polyglotte.
Il construit son nid dans un buisson à partir d’éléments végétaux, de fibres et de toiles d’araignées. Elle dépose 4 à 5 œufs. L’incubation est assurée conjointement pendant près de 2 semaines.

Son régime est essentiellement insectivore mais elle consomme aussi des araignées, de petits escargots et des fruits.