Gorge-Bleue à miroir Luscinia svecica (Linnaeus, 1758)

Luscinia svecica (Linnaeus, 1758) ou la Gorge-bleue à miroir est un oiseau de la famille des Muscicapidae.

Luscinia svecicca adulte
Luscinia svecicca adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Deux sous-espèces sont visibles sur l’île de Ré : la Gorge-bleue à miroir blanc (namnetum) qui est nicheuse et la Gorge-Bleue à miroir roux (svecica).
Le mâle adulte a, en été, les parties supérieures brunes. La queue est arrondie et brun foncé avec la base rousse. Les parties inférieures présentent une belle bavette bleue avec un croissant roux à la base de la gorge. En dessous, elle a trois bandes successives, noir, blanc et roux, en travers de la poitrine. Le bas de la poitrine et l’abdomen sont blancs. Les sous-caudales ont la base rousse.
La tête est brune, avec un très net sourcil blanc. Les yeux sont noirs. Le bec est noir avec la base inférieure jaune. Les pattes et les doigts sont gris-brun.
En plumage d’hiver, quelques plumes blanches envahissent la bavette bleue.
La femelle a la gorge et la poitrine blanchâtres, avec une bande de taches noires en travers du haut de la poitrine. Elle a des « moustaches » noires. Quelques femelles adultes peuvent avoir du bleu et du roux sur le bas de la poitrine, mais la plupart n’en ont pas.
Le juvénile a le plumage brun tacheté, mais il a la couleur rousse à la base de la queue, comme les adultes, juste un peu moins étendue.
Le jeune mâle a un peu de bleu sur les côtés de la gorge.
Elle a pour cri habituel un son dur répété, mais elle peut aussi émettre un son plaintif. Le chant fort et varié comprend beaucoup d’imitations d’autres espèces.

Luscinia svecicca adulte
Luscinia svecicca adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Elle reste cachée, courant sous le couvert.
Sur l’île de Ré, la sous-espèce à miroir blanc est observée de début mars à mi-septembre, voire mi-décembre, tandis que la sous-espèce à miroir roux est visible de la mi-mars à la mi-avril. Niche souvent (à miroir blanc) au pieds des Tamaris. On la découvre à l’oreille au printemps quand le mâle est son poste de chant, puis on la voit au sommet d’un Tamaris, d’un Maceron cultivé... La variété de ses chant est grande, proche de celle du Rossignol philomèle.

Son nid est situé sur le sol, caché dans un trou peu profond ou dans une touffe d’herbes. Il est construit avec des herbes, de l’écorce, des racines et de la mousse. Il est tapissé de matériaux doux.
La femelle dépose 4 à 7 œufs bleu pâle ou verts, tachetés de brun. L’incubation dure environ 13 à 15 jours. Les jeunes quittent le nid au bout de 13 ou 14 jours. Si la femelle démarre une seconde ponte, le mâle s’occupera seul des jeunes de la première couvée.

Luscinia svecicca adulte
Luscinia svecicca adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Elle est insectivore, mais elle mange aussi des baies. Elle se nourrit dans la végétation basse pour capturer des insectes. Quand elle est sur le sol, elle retourne les feuilles et le sol pour exposer les petits invertébrés qui s’y cachent. Elle attrape aussi des insectes au vol. Elle court sur le sol comme une souris.

Mots-clés