Mésange nonnette Poecile palustris (Linnaeus, 1758)

Poecile palustris (Linnaeus, 1758) ou la Mésange nonnette est un oiseau de la famille des Paridae.

Elle mesure de 11,5 à 13 cm.
Sa tête est grosse avec une nuque forte.
Elle n’a pas de plage pâle aux secondaires sur l’aile fermée.
La calotte est noire brillante. Les joues sont blanches.
La bavette noire est légèrement plus petite.
Le contact est un « pitchè » explosif, parfois un « zizitchè » un peu plus long ou encore « pitchè-dè-dè-dè-dè-dè-dè-dè » en série. Le chant est variable mais reconnaissable à la tonalité. Le chant fréquent est une série d’une seule note, sonore, répétée, « tchuïp tchuïp tchuïp… ».

On le rencontre dans les forêts de feuillus non éclaircies, souvent humides, avec de nombreux arbres morts ou malades, les grands jardins, les parcs avec vieux arbres et sous-bois.
Elle est sédentaire. Elle vient aux mangeoires et est peu farouche.
Sur l’île de Ré, elle n’a été que très rarement observée (moins de 5 fois, uniquement durant la première quinzaine de janvier).
C’est un espèce familière, qui fait preuve de curiosité, mais est moins grégaire que la plupart des autres mésanges.

Elle niche dans un trou.
Le nid est fait de mousse, lichens, brins d’herbe et poils. La femelle y pond 7 à 10 œufs blancs avec quelques rares taches rouges. Après deux semaines de couvaison, ses petits éclosent.

Sa nourriture se compose d’insectes, de pucerons, mouches, araignées. En automne, elle constitue fréquemment des réserves de graines et de noisettes qu’elle stocke dans des fissures d’écorce, sous de la mousse ou du lichen, dans la litière de feuilles ou à l’intérieur du sol.

Mots-clés