Étourneau sansonnet Sturnus vulgaris (Linnaeus, 1758)

Sturnus vulgaris (Linnaeus, 1758) ou l’Étourneau sansonnet est un oiseau de la famille des Sturnidae.

Sturnus vulgaris adulte
Sturnus vulgaris adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 19 à 22 cm.
Il est noir, piqueté de blanc jaunâtre.
Ses plumes ont un reflet métallique vert et violet.
Le bec est jaune, pointu et assez long.
Sa queue est courte.
La silhouette est typique avec des ailes assez pointues.
Ses pattes sont rose brunâtre.
Les sexes sont semblables (femelle nuptial à poitrine sans taches et base de la mandibule inférieure gris bleuté ; mâle un peu ponctuée de pâle dessous et base de la mandibule inférieure blanc jaunâtre).
Durant l’hiver, il a le bec foncé, le plumage blanc jaunâtre et le menton blanchâtre.
Le juvénile est brun terne. Durant le 1er hiver, il est semblable à l’adulte. Les immatures ont le corps ponctué et la tête demeurant brune facilement reconnaissables.
Le chant aux abords du nid est varié avec des sifflements, des grincements, des imitations d’autres oiseaux, de bruits…

Sturnus vulgaris adulte
Sturnus vulgaris adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

On le rencontre dans la campagne cultivée, des parcs, des jardins, des bois (notamment chênaies), des agglomérations.
Il forme souvent des bandes, parfois immenses, après la nidification, en quête de nourriture dans les champs, les laisses d’algues…, ainsi que pour passer la nuit dans les roselières.
Sur l’île de Ré, il est présent toute l’année.

Sturnus vulgaris adulte
Sturnus vulgaris adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Pour nicher, l’étourneau sansonnet préfère les sites élevés, dans les maisons, les arbres, sur les falaises. La femelle pond 4 ou 5 œufs blanc pâle uni et brillant par couvée. Les poussins sont nidicoles.

Sturnus vulgaris adulte
Sturnus vulgaris adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

C’est une espèce omnivore. Il peut être présent en bandes nombreuses dans les endroits où la nourriture est abondante (décharges, poubelles, mangeoire à bétail, vergers et mangeoire de jardin). La nourriture naturelle comprend des pommes, des cerises, des chenilles, des larves de tipules, des fourmis volantes. Les oiseaux côtiers se nourrissent de mollusques et de crustacés.

Mots-clés