Fauvette mélanocéphale Sylvia melanocephala (Gmelin, JF, 1789)

Sylvia melanocephala (Gmelin, JF, 1789) ou la Fauvette mélanocéphale est un oiseau appartenant à la famille des Sylviidea.

Sylvia melanocephala adulte
Sylvia melanocephala adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Elle mesure de 13 à 14 cm.
Elle est trapue.
Sa tête est assez grosse.
En tous plumages, la gorge est blanche. Les flancs sont assez foncés. Le cercle orbitaire est brun-rouge. Le cercle oculaire est rouge.
Sa queue est arrondie.
Chez l’adulte, les rectrices sont sombres avec les coins de la queue blancs.
L’iris est ocré chez l’adulte ou gris brunâtre chez le juvénile.
Le mâle, à partir d’août, a la calotte noire à limite généralement floue avec le dos gris foncé. Les flancs sont gris moyen.
La femelle a la tête grise. Le dos est brun. Les flancs sont gris brunâtre.
Le contact est un « tsèk » sonore et très dur.

On la rencontre dans des maquis, des bois clairs bas à fourrés touffus. Elle est parfois dans les jardins ou les boqueteaux, à proximité de l’homme.
Elle est surtout sédentaire. Sur l’île de Ré, elle fut rarement observée (mai, début juin et fin octobre).
Elle est vive et agitée. Elle n’est pas farouche et se laisse souvent voir.

Sylvia melanocephala adulte
Sylvia melanocephala adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Le nid est bien dissimulé dans un arbuste, une bruyère, un buisson entre des touffes d’herbes ou des orties, la plupart du temps à une hauteur très basse entre 25 et 90 centimètres. Il est construit avec des brindilles et des herbes sèches consolidées avec des toiles d’araignées. La ponte comprend 3 ou 4 œufs dont la couleur va du blanc teinté de verdâtre au brun clair. Tous sont tachés de roux avec des mouchetures et des motifs aux couleurs variées : brun rougeâtre, olive, gris, beige, jaunâtre ou violacé.

Son régime est composé d’insectes, de larves et d’araignées. Elle le complète avec des figues, des cerises, d’autres fruits qu’elle picote ainsi que diverses autres graines telles que celles du fusain.

Mots-clés