Grive à gorge noire Turdus atrogularis (Jarocki, 1819)

Turdus atrogularis (Jarocki, 1819) ou la Grive à gorge noire est un oiseau de la famille des Turdidea.

Le mâle a une face, une gorge et une poitrine qui sont noires. Les parties supérieures sont gris terne. La queue est noire. Le bas de la poitrine, les côtés de la poitrine, le ventre et les flancs sont blanchâtres avec d’indistinctes stries sombres.
Le bec est sombre. Les pattes sont brun rougeâtre.
La femelle est semblable à son partenaire. Elle est plus terne et avec quelques extrémités blanches sur les plumes de la gorge et de la poitrine. Elles ont de fines stries noirâtres sur les flancs.
Le juvénile est gris brunâtre avec des stries et des taches chamoisées sur le dessus. Les parties inférieures sont couleur chamois, légèrement plus clair sur la gorge et le ventre. Il a un trait malaire sombre. La poitrine est fortement tachetée de noir, les flancs sont plus discrètement tachés. Ils ressemblent aux jeunes grives musiciennes bien que les taches à la poitrine et aux flancs soient plus restreintes.

On les rencontre dans des forêts de conifères, des clairières, des trouées et des lisières le long des rivières et des cours d’eau.
C’est un migrateur. Sur l’île de Ré, il n’est que rarement observé (surtout fin octobre et début décembre).

Le nid a la forme d’une coupe bâtie avec des tiges d’herbes et enduit à l’intérieur avec de la boue. Il est placé à faible hauteur dans un arbre, dans une souche ou parfois à terre. La femelle pond 4 à 7 œufs de couleur bleu verdâtre avec des taches et des mouchetures brunâtre clair, parfois plus visibles à la partie la plus large de la coquille.

Elle se nourrit d’insectes, en particulier des sauterelles, des coléoptères et des chenilles, mais aussi des vers de terre et des escargots. Les baies et les matières végétales forment une partie importante de la diète en hiver.

Mots-clés