Vanneau huppé Vanellus vanellus (Linnaeus, 1758)

Vanellus vanellus (Linnaeus, 1758) ou Vanneau huppé est un oiseau appartenant à la famille des Charadriidea.

Vanellus vanellus adulte
Vanellus vanellus adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il mesure de 28 à 31 cm, avec une envergure de 67 à 72 cm.
Il est sombre et blanc.
Il est de la taille d’un pigeon, avec une allure robuste.
Sa huppe est typique, longue, fine et recourbée. De près, il a de beaux reflets métalliques verts et lilas sur le dessus sombre.
En vol, il est très aisé à reconnaître avec les ailes présentant tantôt le dessous blanc, tantôt le dessus sombre.
Le mâle adulte nuptial est reconnaissable à sa plus longue huppe ainsi qu’à sa gorge et à sa face noir pur. Il a également une main plus large et plus arrondie en vol. La femelle a une plus courte huppe. Il est noir au front moins étendu et piqueté de blanc. Le bout des ailes est moins large et plus pointu.
L’adulte internuptial a le menton et l’avant du cou blancs. Le bout des plumes du dessus et des couvertures alaires a un étroit liseré chamois donnant un motif finement barré.
Le juvénile a une huppe rudimentaire. Il est comme l’adulte internuptial mais le liseré pâle autour des plumes du dessus, des couvertures alaires et des rémiges tertiaires forment un motif écailleux.
Durant le 1er hiver, il diffère des adultes internuptiaux par le motif irrégulier dû aux couvertures et aux rémiges tertiaires juvéniles conservées.

Vanellus vanellus adulte
Vanellus vanellus adulte
Crédits : Jean-Yves Piel

Il se rencontre souvent dans les champs, les prairies, les prés salés et les côtiers.
Sur l’île de Ré, il est nicheur et présent toute l’année. L’hiver dès qu’il gèle sur le continent, il passe en nombre dans l’île où les 2 a 3 degrés de différence lui permette de continuer à se nourrir... Si tel n’est pas le cas, il migre ponctuellement vers des territoires plus propices. Les grandes vagues de froid du nord de l’Europe provoquent des arrivées massives dans l’ouest et dans les îles notamment.
Il est nicheur dans les marais du Nord de l’île, les glacis de la citadelle de Saint-Martin rassemblent de grandes troupes en hiver.

Vanellus vanellus juvénile
Vanellus vanellus juvénile
Crédits : Jean-Yves Piel

Son nid est une simple cavité à même le sol, souvent un peu rehaussée pour que l’oiseau en train de couver ait une bonne vue sur les alentours. La femelle pond 4 œufs par couvée.

Il se nourrit de coléoptères, de mouches et autres insectes, mais aussi d’araignées, de lombrics, de mille-pattes et d’autres invertébrés. Il peut également consommer des graines de pins et aussi des graines de diverses herbacées.

Mots-clés