Couleuvre verte et jaune Hierophis viridiflavus

Hierophis viridiflavus ou la Couleuvre verte et jaune est un serpent de la famille des Colubridae.

Hierophis viridiflavus
Hierophis viridiflavus
Crédits : Cécile Rousse

Elle mesure jusqu’à 150 cm.
Elle est plutôt svelte à la tête assez petite mais bien distincte.
Les écailles sont lisses.
Ses yeux sont assez proéminents à pupille ronde.
La couleur de fond est jaune verdâtre, fortement marquée par une pigmentation noire ou vert foncé formant des barres transversales non distinctes sur l’avant du corps, réduisant cette couleur de fond à des stries jaunâtres.
Le motif en barres transversales est remplacé par des stries longitudinales sur l’arrière du corps et la queue. Ce motif caudal caractéristique est souvent visible lorsqu’elle se retire à l’abri.
La face ventrale est jaunâtre ou grisâtre, parfois avec de petites taches sombres.
Les juvéniles sont gris pâle ou olivâtres avec un motif prononcé sur la tête : généralement une barre claire en forme de V ou de W derrière celles-ci. Des marques peuvent être aussi présentes sur la partie du corps.

Elle est présente dans une multitude de milieux, principalement ouverts et secs, mais bien végétalisés, tels que les coteaux rocheux, des zones de buissons, des maquis et des broussailles, des forêts claires et leurs lisières, des ruines et jardins. Elle est occasionnellement présente dans des prairies humides et autres endroits à forte humidité.

Couleuvre verte et jaune
Couleuvre verte et jaune
Crédits : Cécile Rousse

Elle hiverne dans des fissures de la roche, des terriers de mammifères... Les sites d’hivernages peuvent être éloignés des quartiers d’été.
Elle est très rapide et agile, chassant à la vue.
Extrêmement agressive lorsqu’elle est capturée, elle mord fort et obstinément.
Elle tue ses proies par constriction.
Son régime est composé de nombreux lézards et d’une proportion variable de mammifères, ainsi que d’oisillons, de serpents et de grenouilles. Les juvéniles se nourrissent principalement de petits lézards, de leurs œufs et de grands orthoptères.

Dans l’île de Ré, des témoignages non validés d’individus trouvés morts en bord de route sont rapportés, les descriptions de ce reptile de couleur et de taille unique laisse présumer leur présence. Vraisemblablement tombés de transports de bois ou de matériaux qui contiennent parfois ces reptiles.

Mots-clés