Érable champêtre, Agas, Azeou, Acéraille Acer campestre L.

Acer campestre
Acer campestre
Crédits : Ré Nature Environnement

Acer campestre L. ou l’Érable champêtre est un arbre caducifolié de 12-15 m. Il appartient à la famille des Sapindaceae et à la sous-famille des Acecareae. On le surnomme aussi Agas, Acéraille ou Azerou. Il peut vivre jusqu’à 150 ans. Sa croissance est lente.
Il est monoïque ou polygame. Il fleurit entre avril et mai, à la feuillaison. Il est pollinisé par les insectes et est dispersé par le vent.

Acer campestre
Acer campestre
Crédits : Ré Nature Environnement

Son tronc est court et souvent garni de gourmands. Son houppier est arrondi et dense. L’écorce est brunâtre, fendillée. Elle est écailleuse et liégeuse.
Ses jeunes rameaux sont opposés, brun-clair. Ils sont légèrement pubescents avec des crêtes liégeuses plus ou moins prononcées.
Les bourgeons sont petits, ovoïdes et pointus. Leurs écailles sont beiges et velues au sommet.
Les feuilles sont opposées, petites et à long pétiole. Elles ont 5 lobes arrondis et une nervation palmée.
Les fleurs sont bisexuées, régulières vert-jaune, pédonculées. Elles sont groupées par 5-20 en corymbe dressés terminaux.
Le fruit est une double samare, aux ailes dans le prolongement l’une de l’autre.

Acer campestre
Acer campestre
Crédits : Ré Nature Environnement

Elle est très commune, mais très rare ou absente en région méditerranéenne et dans les Landes. Elle est présente jusqu’à 1200 m : de l’étage collinéen (surtout) à l’étage montagnard inférieur.

Carte de répartition d'Acer campestre
Carte de répartition d’Acer campestre
Crédits : Ré Nature Environnement

C’est une espèce héliophile ou de demi-ombre. Elle est calcicline [1].

On le trouve dans des bois, lisières forestières, forêts ouvertes (espèce nomade supportant mal la concurrence des espèces dryades). Sur l’île de Ré, il fut parfois planté en haies (remparts de Saint-Martin).

Cet arbre est très mellifère.

Mots-clés


[1Calcicline : qui pousse sur des sols légèrement calcaires