Érable plane Acer platanoides L.

Acer platanoides L. ou l’Érable plane est un Sapindaceae caducifolié. Il appartient à la sous-famille des Acecareae Il peut mesurer jusqu’à 30 m et peut vivre jusqu’à 200 ans. Sa croissance juvénile est rapide. Il rejette de souche. C’est une espèce monoïque. Il fleurit entre avril et mai, avant la feuillaison. Il est pollinisé par les insectes et est dispersé par le vent. C’est une postpionnière nomade. Ses autres noms sont Plane, Érable blanc, Plaine, Main découpée, Faux sycomore, Iseron.

Acer platanoides
Acer platanoides
Crédits : Cécilia Saunier-Court

Son tronc est droit. Son houppier est ovoïde et peu dense.
Son écorce est lisse, mince et brun grisâtre devenant finement fissurée verticalement.
Les jeunes rameaux sont opposés, glabres, brun-jaune. Les bourgeons sont ovoïdes, obtus, à écaille glabres et vertes (rouges à la lumière).
Les feuilles sont opposées, à 5 lobes aigus, séparés par des sinus ouverts, molles, glabres, luisantes dessous. Le long pétiole est mince.
Les fleurs sont groupées en corymbe et à court pédoncule dressé. Elles sont bisexuées, régulières, petites et jaune verdâtre.
Les fruits sont des doubles samares, dont les ailes forment un angle obtus.

Acer platanoides
Acer platanoides
Crédits : Cécilia Saunier-Court

Elle est toujours disséminée. Elle fut introduite en quelques points dans la forêt de Trousse-Chemise.

C’est une espèce de demi-ombre.

Cet arbre est très mellifère.

Acer platanoides
Acer platanoides
Crédits : Cécilia Saunier-Court

Les jeunes feuilles des érables peuvent être consommées crues ou cuites lorsqu’elles sont encore tendres.
Les jeunes fruits tendres étaient parfois conservés au vinaigre.
Les graines sont comestibles mais amères : il faut les faire bouillir dans 1 ou 2 eaux. On les consommait ainsi dans certaines régions de l’Asie.
La sève de nos érables est sucrée. Après extraction, on en préparait une boisson acidulée en la laissant fermenter à l’air. Dans certaines parties de l’Europe, on en faisait un sirop par une longue ébullition, mais le rendement était extrêmement faible vu sa faible teneur en sucre. Le sirop et le sucre d’érable sont presqu’exclusivement produits dans le nord-est des États-Unis et dans l’est du Canada, où, lors de la montée de la sève en mars-avril, des nuits très froides succèdent à des journées chaudes et ensoleillées. Nos printemps sont trop doux pour que la sève se charge suffisamment en sucre.
La sève des érables contient du saccharose et des sels minéraux.

Mots-clés