Petite centaurée commune Centaurium erythraea subsp. erythraea

Centaurium erythraea subsp. erythraea
Centaurium erythraea subsp. erythraea
Crédits : Cécilia Saunier-Court

Centaurium erythraea subsp. erythraea (Syn. Centaurium umbellatum) ou la Petite centaurée commune est une Gentianaceae bisannuelle. Elle mesure jusqu’à 60 cm. Elle fleurit de juillet à octobre. Elle est pollinisée par les insectes.

Centaurium erythraea subsp. erythraea
Centaurium erythraea subsp. erythraea
Crédits : Cécilia Saunier-Court

La tige est élancée, à section carrée, ramifiée au sommet et à rameaux dressés.
Les feuilles de base sont en rosette, obovales (larges de 8-20 mm), à 3-7 nervures. Les feuilles de la base de la tige sont oblongues et plus grandes que les caulinaires supérieures.
Les nombreuses fleurs sont roses, sessiles ou subsessiles et disposées en cyme bipare à aspect de corymbe.
Les lobes des pétales sont ovales (longs de 5-6 mm) et plus courts que le tube de la corolle.
Les capsules sont plus courtes que le tube de la corolle.

Carte de répartition de Centaurium erythraea subsp. erythraea
Carte de répartition de Centaurium erythraea subsp. erythraea
Crédits : Ré Nature Environnement

Elle est commune à très commune. C’est une espèce héliophile.
Sur l’île de Ré, elle est présente sur quelques stations peu fournies, sur sable peu tassé.

La jolie petite centaurée se distingue par une teneur élevée en amers que l’on retrouve dans toutes les préparations. L’infusion stimule la salivation et les sécrétions gastriques ; elle soulage les troubles digestifs et les lourdeurs d’estomac. En médecine populaire, on la buvait pour éliminer les vers intestinaux, lors de chlorose et d’anémie.

Centaurium erythraea subsp. erythraea
Centaurium erythraea subsp. erythraea
Crédits : Cécilia Saunier-Court

Mots-clés