Néflier Crataegus germanica (L.) Kuntze

Crataegus germanica (L.) Kuntze (Syn. Mespilus germanica L.) ou le Néflier est un arbrisseau caducifolié appartenant à la famille des Rosaceae. Cet hermaphrodite fleurit de mai à juin. Ses autres noms sont Mêlier, Nesplier.

Mespilus germanica
Mespilus germanica
Crédits : Ré Nature Environnement

Les tiges sont dressées, à écorce brune.
Ses rameaux sont un peu épineux, les jeunes pubescents.
Les bourgeons sont ovoïdes, brun-rouge.
Ses feuilles sont alternes, elliptiques, pointues, grandes, molles, mates dessus, duveteuses dessous, à court pétiole.
Les fleurs sont solitaires, terminales, régulières, grandes, blanches.
Ses fruits sont des nèfles ovoïdes, brunes et couronnées par le calice.

Mespilus germanica
Mespilus germanica
Crédits : Ré Nature Environnement

Il est assez commun dans l’ouest et le sud-ouest mais rare et disséminé ailleurs.
C’est une espèce thermophile et héliophile ou de demi-ombre.
On la trouve dans des bois, des haies, des lisières forestières.

Mespilus germanica
Mespilus germanica
Crédits : Ré Nature Environnement

Au début de l’automne, à l’époque où la plupart des fruits arrivent à maturité, les nèfles sont encore dures, acides et très astringentes, immangeables. Ce n’est qu’après blettissement qu’on peut les consommer. Elles sont molles, sucrées, acidulées et savoureuses.
Les nèfles blettes sont excellentes crues, telles quelles ou réduites en compote à travers un moulin à légumes après avoir retiré les gros noyaux que renferment les fruits. On en prépare aussi des confitures et, par fermentation, un agréable vin, qu’un séjour à l’air transformera en vinaigre de nèfles.
Ces fruits sont très nutritifs.

Mespilus germanica
Mespilus germanica
Crédits : Ré Nature Environnement

Les nèfles blettes renferment des sucres simples, du tanin, de la pectine, des acides organiques et des vitamines B et C, ainsi qu’une petite quantité d’alcool produit par le blettissement et qui leur donne une saveur légèrement vineuse.
Les nèfles sont toniques et astringentes.
Les feuilles et l’écorce, très riches en tanin, ont été employées comme astringent.

Mots-clés