Chêne pubescent Quercus pubescens subsp. pubescens

Quercus pubescens subsp. pubescens
Quercus pubescens subsp. pubescens
Crédits : Ré Nature Environnement

Quercus pubescens subsp. pubescens ou le Chêne pubescent est un arbre caducifolié ou marcescente, appartenant à la famille des Fagaceae. Il mesure jusqu’à 25 m. Il peut vivre plus de 500 ans. Il fleurit en avril. Ses autres noms sont Chêne blanc, Chêne noir, Chêne truffier.

Quercus pubescens subsp. pubescens
Quercus pubescens subsp. pubescens
Crédits : Ré Nature Environnement

Le tronc est souvent court et tortueux.
Son houppier est ample et clair.
L’écorce est crevassée, noirâtre, profondément fissurée et écailleuse.
Ses rameaux de l’année sont pubescents et grisâtres.
Les bourgeons sont brun grisâtre, pubescents, ovoïdes, pointus, assez petits.
Ses feuilles sont alternes, assez petites (longues de 7-10 cm), lobées, glabres dessus, plus ou moins pubescentes dessous.
Les fleurs sont unisexuées et régulières : les mâles en chatons pendants et lâches, les femelles minuscules, pubescentes, terminales.
Ses glands sont agglomérés, à pédoncule court et cupule à écailles pubescentes.

Carte de répartition de Quercus pubescens
Carte de répartition de Quercus pubescens
Crédits : Ré Nature Environnement

Elle est disséminée sur calcaire dans la moitié nord de la France. Elle est abondante et indifférente au substrat ailleurs. C’est une espèce héliophile et thermophile, mais résistante au froid.
On la trouve dans des bois clairs, des friches sur calcaires, des coteaux arides, des accrus.

Quercus pubescens subsp. pubescens
Quercus pubescens subsp. pubescens
Crédits : Ré Nature Environnement

C’est le meilleur des chênes truffiers.
Cette plante est astringente [1] et hémostatique [2].
Son écorce est riche en tanin [3].

Quercus pubescens subsp. pubescens
Quercus pubescens subsp. pubescens
Crédits : Ré Nature Environnement

Mots-clés


[1Astringent : resserrant les tissus et diminuant les sécrétions

[2Hémostatique : qui favorise la coagulation du sang

[3Tanin : substance amorphe très répandue dans le bois, l’écorce, les feuilles et/ou les racines de nombreux végétaux, apte à transformer la peau en cuir