Séneçon de Jacob Jacobaea vulgaris Gaertn.

Senecio jacobaea
Senecio jacobaea
Crédits : Cécilia Saunier-Court

Jacobaea vulgaris Gaertn. (Syn. Senecio jacobaea L.) ou le Séneçon jacobée est une plante bisannuelle. Elle appartient à la famille des Asteraceae. Elle peut atteindre 120 cm. Elle fleurit de juin à octobre. On l’appelle aussi Séneçon de Jacob.

Senecio jacobaea
Senecio jacobaea
Crédits : Cécilia Saunier-Court

La tige est dressée, ramifiée au sommet, glabre ou couverte de quelques poils courts.
Ses feuilles sont à contour oblong, profondément découpées en segments allongés, lobés ou crénelés, le segment terminal plus grand que les autres. Les inférieures sont munies d’un pétiole. Les moyennes et supérieures sont sessiles, embrassant la tige par 2 oreillettes laciniées.
Les fleurs sont composées de fleurs ligulées jaunes entourant un cœur de fleurs tubulées de même couleur. Elles sont groupées en capitules rassemblés en corymbes au sommet des tiges.
Les fruits des fleurs du disque sont pubescents. Ceux des ligules sont glabres.

Carte de répartition de Senecio jacobaea
Carte de répartition de Senecio jacobaea
Crédits : Ré Nature Environnement

Elle est présente dans des prairies, des pâtures, des lisières.
Sur l’île, elle est très répandue, surtout dans les friches de la moitié Est.

Senecio jacobaea
Senecio jacobaea
Crédits : Cécilia Saunier-Court

Différentes espèces de séneçon sont connues pour provoquer de plus ou moins graves empoisonnements chez le bétail et parfois chez l’homme, à la suite d’un usage médicinal. L’espèce de nos régions la plus suspecte est sans doute le séneçon jacobée, mais on se méfiera de toutes. Sa saveur est âcre et amère.

Plusieurs espèces ont été employées comme emménagogue [1] et régulateur de la circulation veineuse.

Mots-clés


[1Emménagogue : qui provoque l’apparition des règles