Mouron des oiseaux, Morgeline Stellaria media subsp. media

Stellaria media subsp. media
Stellaria media subsp. media
Crédits : Ré Nature Environnement

Stellaria media subsp. media ou le Mouron des oiseaux est une plante annuelle, appartenant à la famille des Caryophyllaceae. Elle mesure jusqu’à 40 cm. Elle fleurit toute l’année. Ses autres noms sont Mouron blanc, Mouron d’hiver, Stellaire intermédiaire...

Stellaria media subsp. media
Stellaria media subsp. media
Crédits : Ré Nature Environnement

Les tiges sont étalées ou dressées, grêles, cylindriques, présentant dans la longueur une ligne de poils blanchâtres très nette.
Ses feuilles sont petites, opposées, ovales, aiguës au sommet, entières, d’un beau vert tendre. Elles sont munies d’un pétiole bordé de poils blancs, à l’exception des feuilles situées à l’embranchement des tiges.
Les fleurs sont petites, munies de 5 sépales aigus, ciliés, et de 5 pétales blancs profondément divisés en 2. Elle a l’apparence d’une petite étoile blanche.
Ses fruits sont petits, contenant plusieurs graines brunâtres.

Carte de répartition de Stellaria media subsp. media
Carte de répartition de Stellaria media subsp. media
Crédits : Ré Nature Environnement

On la trouve dans des terrains cultivés. Sur l’île de Ré, elle est très commune, non seulement dans la dune fixée, si l’humidité est suffisante, mais aussi en bordure des bosquets de cyprès.

La stellaire est l’une des meilleures plantes de base pour les salades. Ses feuilles et ses tiges sont tendres, rafraîchissantes et possèdent une agréable saveur de noisette. On peut les ramasser en quantité et s’en nourrir régulièrement.
C’est aussi un excellent légume cuit, que l’on peut préparer de multiples façons. Au Japon, la stellaire fait partie des 7 herbes sauvages que l’on mange traditionnellement avec du riz au printemps.

Stellaria media subsp. media
Stellaria media subsp. media
Crédits : Ré Nature Environnement

La stellaire est assez riche en vitamine C et en certains sels minéraux. Elle renferme de petites quantités de saponines.
La plante fraîche passe pour être tonifiante, diurétique [1], et légèrement laxative. Son infusion serait également expectorante [2].
Le Mouron blanc est adoucissant, légèrement astringent [3], détersif [4] et purifiant.
Son infusion était conseillée pour soigner les maladies des voies respiratoires.
En usage, externe, les feuilles hachées appliquées sur une plaie facilitent sa cicatrisation.

Mots-clés


[1Diurétique : qui augmente la production d’urine

[2Expectorant : qui facilite le rejet des sécrétions provenant des voies respiratoires

[3Astringent : resserrant les tissus et diminuant les sécrétions

[4Détersif (-ve) : qui nettoie les plaies et les ulcères