Vignes

Histoire, cépages, paysages et biodiversité

Depuis des temps immémoriaux, la vigne est cultivée sur l’île, marquant sa vie économique, sociale et son histoire. Avec près de 700 hectares aujourd’hui, elle contribue toujours à son patrimoine naturel.
Rappelons qu’au 12e siècle, La Rochelle et l’île de Ré ont bâti le vignoble charentais, ensuite étendu au Cognaçais avec le succès que l’on connaît.
Ainsi les cépages de chemère, de chauché ont ils, à cette époque, précédés la folle blanche et le balzac noir du 18e siècle eux mêmes remplacés aujourd’hui par les cépages noirs de cabernet franc, cabernet sauvignon, folle noire, merlot et les cépages blancs de chardonnay, colombard, sauvignon, pour les vins de pays IGP « charentais » avec le nom « île de Ré » et le cépage ugni blanc réservé au cognac.
On ne peut donc échapper aux formes géométriques des rangs de vignes qui occupent les 7 natures de sol du terroir en fonction de leurs exigences. Au fil des saisons « on les suit » dans les paysages rétais, dénudés, bourgeonnants, feuillus, alourdis de grappes.
Aujourd’hui l’utilisation encore importante des produits phytosanitaires a profondément modifié la grande biodiversité des pratiques culturales anciennes qui intégraient même entre les rangs de vignes, des légumes variés, des céréales rustiques dont les fruits et graines attiraient de très nombreux oiseaux et insectes.
Il n’en demeure pas moins qu’avec de nouvelles pratiques culturales, lorsque les sols sont légèrement travaillés par binages et sarclages, les plantes annuelles fleurissent et colorent les vignes de l’or des Soucis (Calendula arvensis), du bleu des Véroniques de Perse (Veronica persica), du rose des Becs de grue à feuilles de ciguë (Erodium cicutarium), ou encore des abondantes Crépides saintes (Crepis sancta) qui couvrent le sol de beaux tapis jaunes dès les premiers jours du printemps, attirant leur cortège de passereaux associés.
Enfin silhouettes habituelles juchées sur leurs piquets favoris, Buses, Busards des roseaux, Faucons crécerelles, Éperviers, Pigeons ramiers et autres Pies et Corneilles, apportent leur contribution discrète aux paysages du vignoble.